Mario Frías, 48 ans, acteur dans la télénovela pour adolescents "Malhacao" qui se déroule dans les années 1990, sera le cinquième à occuper ce poste en 18 mois de présidence Bolsonaro. Il remplace l'actrice Regina Duarte qui avait démissionné à la suite de tensions avec le chef de l'Etat. Selon les médias locaux, elle aurait notamment refusé d'entreprendre la croisade culturelle contre les idées de gauche voulue par le président. Elle-même avait déjà succédé à Roberto Alvim, limogé en janvier après avoir paraphrasé un discours de Goebbels. Elle avait été nommée pour réconcilier le gouvernement avec les "milieux artistiques". Le secrétariat à la Culture, qui auparavant était un ministère, a été relégué au rang de simple secrétariat par Jair Bolsonaro, au même titre que les Sports. D'autres membres éminents du gouvernement Bolsonaro ont récemment quitté le navire, après démission ou limogeage, dont le ministre de la Justice Sergio Moro et surtout deux ministres de la Santé en pleine pandémie de coronavirus. Et jeudi dernier, le ministre de l'Education, Abraham Weintraub, fervent bolsonariste, a annoncé sa démission après une série de polémiques. (Belga)

Mario Frías, 48 ans, acteur dans la télénovela pour adolescents "Malhacao" qui se déroule dans les années 1990, sera le cinquième à occuper ce poste en 18 mois de présidence Bolsonaro. Il remplace l'actrice Regina Duarte qui avait démissionné à la suite de tensions avec le chef de l'Etat. Selon les médias locaux, elle aurait notamment refusé d'entreprendre la croisade culturelle contre les idées de gauche voulue par le président. Elle-même avait déjà succédé à Roberto Alvim, limogé en janvier après avoir paraphrasé un discours de Goebbels. Elle avait été nommée pour réconcilier le gouvernement avec les "milieux artistiques". Le secrétariat à la Culture, qui auparavant était un ministère, a été relégué au rang de simple secrétariat par Jair Bolsonaro, au même titre que les Sports. D'autres membres éminents du gouvernement Bolsonaro ont récemment quitté le navire, après démission ou limogeage, dont le ministre de la Justice Sergio Moro et surtout deux ministres de la Santé en pleine pandémie de coronavirus. Et jeudi dernier, le ministre de l'Education, Abraham Weintraub, fervent bolsonariste, a annoncé sa démission après une série de polémiques. (Belga)