Selon un message publié sur Twitter par le ministre de l'Environnement, Ricardo Salles, le président a demandé aux instances compétentes "d'enquêter sur les causes et déterminer les responsabilités" sur ce phénomène et de rapporter "dans un délai de 48 heures" les résultats. La police a déjà annoncé mercredi dernier l'ouverture d'une enquête pour évaluer la possibilité d'un "crime environnemental" suite à l'apparition de nombreuses galettes de pétrole sur de nombreuses plages du Brésil. Cette pollution, constatée depuis début septembre sur des plages de huit Etats brésiliens, a déjà causé la mort de tortues marines. "Les premiers éléments montrent que le pétrole qui pollue toutes ces plages aurait la même origine, qui n'a toujours pas été déterminée", a indiqué l'agence environnementale publique Ibama. Des images de grandes galettes noires au milieu du sable sur des plages paradisiaques du nord-est circulent depuis plusieurs semaines dans les médias brésiliens. La compagnie pétrolière publique Petrobras a accepté de prendre part au nettoyage des plages, bien qu'elle assure que les analyses de prélèvements montrent que ce pétrole "n'est ni produit ni commercialisé par l'entreprise". Le secrétariat à l'Environnement du Sergipe, un des Etats touchés, a diffusé des photos sur lesquelles on peut voir un baril rouge et jaune échoué sur le sable, au-dessus d'une grande tache noire. "Des barils ont été retrouvés sur la côte du Sergipe. Ces galettes de pétrole pourraient provenir de là", a déclaré ce secrétariat dans un communiqué. (Belga)