La santé du président de 66 ans "continue d'évoluer de manière satisfaisante. Le patient a subi cet après-midi un scanner abdominal qui a montré une amélioration de la sous-occlusion", selon le bulletin médical publié par l'hôpital Vila Nova Star. "Le président a bien réagi à la reprise de l'alimentation. Il va continuer à recevoir des soins cliniques, sans prévision de fin" à ce stade, a-t-il précisé. Le chirurgien Antonio Macedo, chef de l'équipe médicale chargée du cas de M. Bolsonaro, a indiqué au quotidien O Globo que le président "évoluait très bien" et qu'il pourrait sortir "bientôt, dans quelques jours". Depuis qu'il a été poignardé dans l'intestin en septembre 2018, en pleine campagne pour l'élection présidentielle, M. Bolsonaro a subi six opérations chirurgicales, dont cinq au système digestif. Il a été admis en urgence dans la nuit de mardi à mercredi à l'hôpital des Forces armées à Brasilia en raison de violentes douleurs abdominales et d'une crise de hoquet persistant depuis plus de dix jours. Le dirigeant d'extrême droite a alors été placé dans une unité de soins intensifs et "intubé par précaution", avait indiqué à la radio un de ses fils, le sénateur Flavio Bolsonaro. Une fois posé le diagnostic d'occlusion intestinale, le président brésilien a été transféré à l'hôpital privé Vila Nova Star à Sao Paulo. Cette nouvelle hospitalisation intervient dans un contexte de crise politique et d'érosion de sa popularité, face à des allégations de corruption dans les contrats négociés par son gouvernement pour faire face à la pandémie de Covid-19, qui a déjà fait près de 540.000 morts dans le pays. (Belga)

La santé du président de 66 ans "continue d'évoluer de manière satisfaisante. Le patient a subi cet après-midi un scanner abdominal qui a montré une amélioration de la sous-occlusion", selon le bulletin médical publié par l'hôpital Vila Nova Star. "Le président a bien réagi à la reprise de l'alimentation. Il va continuer à recevoir des soins cliniques, sans prévision de fin" à ce stade, a-t-il précisé. Le chirurgien Antonio Macedo, chef de l'équipe médicale chargée du cas de M. Bolsonaro, a indiqué au quotidien O Globo que le président "évoluait très bien" et qu'il pourrait sortir "bientôt, dans quelques jours". Depuis qu'il a été poignardé dans l'intestin en septembre 2018, en pleine campagne pour l'élection présidentielle, M. Bolsonaro a subi six opérations chirurgicales, dont cinq au système digestif. Il a été admis en urgence dans la nuit de mardi à mercredi à l'hôpital des Forces armées à Brasilia en raison de violentes douleurs abdominales et d'une crise de hoquet persistant depuis plus de dix jours. Le dirigeant d'extrême droite a alors été placé dans une unité de soins intensifs et "intubé par précaution", avait indiqué à la radio un de ses fils, le sénateur Flavio Bolsonaro. Une fois posé le diagnostic d'occlusion intestinale, le président brésilien a été transféré à l'hôpital privé Vila Nova Star à Sao Paulo. Cette nouvelle hospitalisation intervient dans un contexte de crise politique et d'érosion de sa popularité, face à des allégations de corruption dans les contrats négociés par son gouvernement pour faire face à la pandémie de Covid-19, qui a déjà fait près de 540.000 morts dans le pays. (Belga)