"En préparation à (la reprise de) la chasse commerciale, des quotas seront publiés en décembre 2019 afin de permettre la préparation de la saison de chasse 2020", a déclaré M. Masisi lors d'un discours au Parlement. En mai dernier, le chef de l'Etat était spectaculairement revenu sur la décision prise en 2014 par son prédécesseur Ian Khama d'interdire la chasse aux éléphants sauvages. "Nous espérons que le rétablissement de la chasse contribue de façon significative à la réduction des conflits entres humains et animaux en créant des populations viables et équilibrées", a-t-il une nouvelle fois justifié lundi. Le président botswanais estime que le développement incontrôlé des populations de pachydermes menace les moyens de subsistance, dont les récoltes, des populations locales. Le retour de la chasse a suscité des réactions passionnées chez les ONG de protection de l'environnement, qui ont obtenu l'interdiction totale du commerce de l'ivoire pour les protéger du braconnage qui les décime. En septembre, les pays d'Afrique australe ont vainement demandé la levée de l'embargo sur les ventes d'ivoire afin, disent-ils, de financer la protection de leurs éléphants. Coincé entre la Zambie et l'Afrique du Sud, le Botswana abrite environ 135.000 éléphants en liberté, soit un tiers de leur population africaine connue. La richesse de sa faune en a fait un sanctuaire très prisé des amateurs de safaris haut de gamme, et le tourisme est le deuxième secteur porteur de l'économie du pays, après l'exploitation des diamants. (Belga)

"En préparation à (la reprise de) la chasse commerciale, des quotas seront publiés en décembre 2019 afin de permettre la préparation de la saison de chasse 2020", a déclaré M. Masisi lors d'un discours au Parlement. En mai dernier, le chef de l'Etat était spectaculairement revenu sur la décision prise en 2014 par son prédécesseur Ian Khama d'interdire la chasse aux éléphants sauvages. "Nous espérons que le rétablissement de la chasse contribue de façon significative à la réduction des conflits entres humains et animaux en créant des populations viables et équilibrées", a-t-il une nouvelle fois justifié lundi. Le président botswanais estime que le développement incontrôlé des populations de pachydermes menace les moyens de subsistance, dont les récoltes, des populations locales. Le retour de la chasse a suscité des réactions passionnées chez les ONG de protection de l'environnement, qui ont obtenu l'interdiction totale du commerce de l'ivoire pour les protéger du braconnage qui les décime. En septembre, les pays d'Afrique australe ont vainement demandé la levée de l'embargo sur les ventes d'ivoire afin, disent-ils, de financer la protection de leurs éléphants. Coincé entre la Zambie et l'Afrique du Sud, le Botswana abrite environ 135.000 éléphants en liberté, soit un tiers de leur population africaine connue. La richesse de sa faune en a fait un sanctuaire très prisé des amateurs de safaris haut de gamme, et le tourisme est le deuxième secteur porteur de l'économie du pays, après l'exploitation des diamants. (Belga)