La présidence a annoncé dans un communiqué avoir "pris la décision de désigner Zoran Tegeltija au poste de président du Conseil des ministres". Il s'agit d'un tournant important parce que les trois membres de la présidence collégiale - qui représentent les Bosniaques (musulmans), les Croates (catholiques) et les Serbes (orthodoxes) - ne parvenaient pas à s'entendre à ce sujet, en raison de leurs positions divergentes sur le rapprochement du pays avec l'Otan. Depuis la fin de la guerre intercommunautaire (1992-95), la Bosnie est divisée en deux entités, une serbe et l'autre croato-bosniaque, unies par un gouvernement central. Alors que les membres bosniaque et croate de la présidence, Sefik Dzaferovic et Zeljko Komsic, sont favorables à l'adhésion de la Bosnie à l'Alliance atlantique, leur collègue serbe Milorad Dodik est contre. Zoran Tegeltija est un cadre du parti de Milorad Dodik (SNSD). Les membres croate et bosniaque de la présidence refusaient jusqu'à présent de lui donner leur feu vert en raison du refus de Milorad Dodik de donner son accord à l'envoi par la Bosnie à l'Otan d'un plan de réformes préparatoire à une éventuelle adhésion. Mais un compromis semble avoir été trouvé. La présidence annonce ainsi avoir "décidé" de remettre son programme préparatoire au "siège de l'Otan à Bruxelles" dès que le nouveau gouvernement aura été approuvé par le Parlement, selon le communiqué. L'adjectif "national" ne figure pas dans l'intitulé de ce rapport, appelé en principe "programme national annuel", selon les procédures en vigueur à l'Otan. Milorad Dodik était opposé à cette mention, estimant que la Bosnie ne pouvait avoir de "programme national" parce que, selon lui, ce pays n'est pas une nation. Le Parlement de l'entité serbe (Republika Srpska) avait pour sa part adopté en 2017 une résolution affichant la neutralité militaire de cette entité par rapport aux alliances militaires internationales. Ces décisions ont été prises dans la foulée d'une réunion des membres de la présidence avec les ambassadeurs des Etats-Unis, de la France, de l'Italie, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne et du chef de la délégation de l'Union européenne en Bosnie. La nomination de M. Tegeltija doit être approuvée par le Parlement. Il disposera alors de 35 jours pour monter son cabinet et le soumettre au vote. Les nationalistes des trois communautés avaient remporté les élections ayant eu lieu en octobre 2018. (Belga)