"Le secteur de la construction semble, à ce titre, être un des plus impactés", avec des difficultés d'approvisionnement en métaux, bois, verre, isolants, plaques de plâtre ou ciment, détaille le ministre dans ce courrier, consulté jeudi par Belga. Retards dans les livraisons, arrêts de chantiers, hausse des coûts dans toute la chaîne de valeur: "la rupture des approvisionnements en matériaux et les difficultés pour l'acheminement de matériaux en provenance d'autres régions ont un impact économique considérable sur notre économie ouverte". Le vice-président MR du gouvernement wallon se dit fortement inquiet pour la filière du bois: "l'exportation massive de nos bois, sans aucune transformation ni valeur ajoutée, vers la Chine risque, à terme, de provoquer une pénurie de grume dans nos contrées et engendre dès aujourd'hui des difficultés pour les acteurs de la construction et transformation du bois." La Commission européenne avait présenté en septembre 2020 une communication relative aux matières premières critiques, déclinée en dix mesures. Ce plan est "primordial", selon M. Borsus, mais "je crains cependant que les effets attendus subviennent trop tardivement dans le contexte d'une relance mondiale." "Les transitions verte et numérique de l'Europe et de la Wallonie reposent notamment sur le leadership industriel, mais aussi sur notre capacité à mettre tout en place pour que les entreprises déploient au mieux leurs savoir-faire et innovations. Toutefois, je crains que cet objectif ne soit compromis, d'une part, par notre dépendance croissante à l'égard de certaines régions et, d'autre part, par la demande exponentielle chinoise", pointe le ministre wallon de l'Économie. Il assure cependant son interlocuteur de son "total soutien au travail mené par la Commission européenne." (Belga)

"Le secteur de la construction semble, à ce titre, être un des plus impactés", avec des difficultés d'approvisionnement en métaux, bois, verre, isolants, plaques de plâtre ou ciment, détaille le ministre dans ce courrier, consulté jeudi par Belga. Retards dans les livraisons, arrêts de chantiers, hausse des coûts dans toute la chaîne de valeur: "la rupture des approvisionnements en matériaux et les difficultés pour l'acheminement de matériaux en provenance d'autres régions ont un impact économique considérable sur notre économie ouverte". Le vice-président MR du gouvernement wallon se dit fortement inquiet pour la filière du bois: "l'exportation massive de nos bois, sans aucune transformation ni valeur ajoutée, vers la Chine risque, à terme, de provoquer une pénurie de grume dans nos contrées et engendre dès aujourd'hui des difficultés pour les acteurs de la construction et transformation du bois." La Commission européenne avait présenté en septembre 2020 une communication relative aux matières premières critiques, déclinée en dix mesures. Ce plan est "primordial", selon M. Borsus, mais "je crains cependant que les effets attendus subviennent trop tardivement dans le contexte d'une relance mondiale." "Les transitions verte et numérique de l'Europe et de la Wallonie reposent notamment sur le leadership industriel, mais aussi sur notre capacité à mettre tout en place pour que les entreprises déploient au mieux leurs savoir-faire et innovations. Toutefois, je crains que cet objectif ne soit compromis, d'une part, par notre dépendance croissante à l'égard de certaines régions et, d'autre part, par la demande exponentielle chinoise", pointe le ministre wallon de l'Économie. Il assure cependant son interlocuteur de son "total soutien au travail mené par la Commission européenne." (Belga)