Le secrétaire d'Etat britannique à l'Immigration, Chris Philp, se rend mardi dans la capitale française pour presser les autorités du pays de renforcer leur dispositif contre l'immigration clandestine. "Il ne fait aucun doute qu'on assiste aux activités de gangs cruels et criminels qui risquent la vie de ces gens en leur faisant traverser la Manche, un bras de mer très dangereux sur des embarcations potentiellement inappropriées pour la navigation en mer", a déclaré Boris Johnson en marge d'une visite dans une école de Londres. "Nous voulons y mettre fin, de concert avec la France, et nous assurer qu'ils comprennent que ce n'est pas une bonne idée, c'est une très mauvaise idée, stupide, dangereuse et criminelle", a-t-il ajouté, précisant vouloir également changer la législation britannique qui rend selon lui actuellement "très très difficile" d'expulser les migrants arrivés illégalement. Selon le décompte de l'agence PA, plus de 4.000 migrants sont arrivés illégalement au Royaume-Uni par la Manche depuis le début de l'année dont environ 600 depuis jeudi dernier seulement, avec plusieurs jours de traversées à des niveaux record. La ministre de l'Intérieur Priti Patel, qui a rendu visite à des garde-côtes lundi au port de Douvres, a demandé l'aide de la Marine, qui a dit étudier cette demande. Elle a chargé un ancien de la Royal Navy, Dan O'Mahoney, de rendre "impraticables" les traversées illégales de la Manche. Lundi matin, un avion de la Royal Air Force a été déployé pour soutenir les garde-côtes, a indiqué le ministère de la Défense. Selon le ministère français de l'Intérieur, des effectifs supplémentaires ont déjà été déployés en renfort face à cet afflux. En juillet, dix fois plus de traversées ont été empêchées qu'en juillet 2019 et quatre fois plus d'embarcations et de matériels ont été découverts dans les dunes. Un plan de lutte contre les traversées maritimes illégales, élaboré en concertation avec les autorités britanniques, est en cours de finalisation pour renforcer les moyens de contrôle sur les côtes et en amont des principaux points de passage, a indiqué le ministère français de l'Intérieur. Le mois dernier, une "cellule franco-britannique de renseignement" dans la lutte contre les passeurs de migrants a été mise en place. (Belga)

Le secrétaire d'Etat britannique à l'Immigration, Chris Philp, se rend mardi dans la capitale française pour presser les autorités du pays de renforcer leur dispositif contre l'immigration clandestine. "Il ne fait aucun doute qu'on assiste aux activités de gangs cruels et criminels qui risquent la vie de ces gens en leur faisant traverser la Manche, un bras de mer très dangereux sur des embarcations potentiellement inappropriées pour la navigation en mer", a déclaré Boris Johnson en marge d'une visite dans une école de Londres. "Nous voulons y mettre fin, de concert avec la France, et nous assurer qu'ils comprennent que ce n'est pas une bonne idée, c'est une très mauvaise idée, stupide, dangereuse et criminelle", a-t-il ajouté, précisant vouloir également changer la législation britannique qui rend selon lui actuellement "très très difficile" d'expulser les migrants arrivés illégalement. Selon le décompte de l'agence PA, plus de 4.000 migrants sont arrivés illégalement au Royaume-Uni par la Manche depuis le début de l'année dont environ 600 depuis jeudi dernier seulement, avec plusieurs jours de traversées à des niveaux record. La ministre de l'Intérieur Priti Patel, qui a rendu visite à des garde-côtes lundi au port de Douvres, a demandé l'aide de la Marine, qui a dit étudier cette demande. Elle a chargé un ancien de la Royal Navy, Dan O'Mahoney, de rendre "impraticables" les traversées illégales de la Manche. Lundi matin, un avion de la Royal Air Force a été déployé pour soutenir les garde-côtes, a indiqué le ministère de la Défense. Selon le ministère français de l'Intérieur, des effectifs supplémentaires ont déjà été déployés en renfort face à cet afflux. En juillet, dix fois plus de traversées ont été empêchées qu'en juillet 2019 et quatre fois plus d'embarcations et de matériels ont été découverts dans les dunes. Un plan de lutte contre les traversées maritimes illégales, élaboré en concertation avec les autorités britanniques, est en cours de finalisation pour renforcer les moyens de contrôle sur les côtes et en amont des principaux points de passage, a indiqué le ministère français de l'Intérieur. Le mois dernier, une "cellule franco-britannique de renseignement" dans la lutte contre les passeurs de migrants a été mise en place. (Belga)