"En Angleterre (...), la hausse des nouveaux cas ralentit", a indiqué Boris Johnson dans un communiqué. "Nous ne sommes pas encore tirés d'affaire (...) mais avec l'extension du dépistage et les vaccins s'approchant de la phase de déploiement, le système de restrictions locales à niveaux contribuera à garder le virus sous contrôle". Selon les médias, le dirigeant conservateur annoncera dans l'après-midi devant les députés la réouverture des magasins non essentiels, pubs et restaurants à partir du 3 décembre, un coup de pouce pour l'économie, très fragilisée par la pandémie, durant cette période généralement faste menant à Noël. Les restrictions devraient être assouplies pour quelques jours à Noël et des discussions sont en cours entre le gouvernement et les autorités de l'Écosse, du Pays de Galles et de l'Irlande du Nord pour tenter d'avoir une approche unifiée, chaque province britannique décidant normalement de sa propre stratégie sanitaire. En Angleterre, le plan de restrictions locales, approuvé dimanche en conseil des ministres, reprendra les mêmes niveaux de restrictions qu'avant le confinement de quatre semaines décrété le 5 novembre, mais davantage de zones seront placées dans un niveau supérieur, plus strict. Le niveau dans lequel chaque région sera placée sera dévoilé jeudi. Ce plan s'accompagnera d'un programme de dépistage massif et rapide des populations dans les zones classées à risque "très élevé", à l'instar de l'expérience menée "avec succès" à Liverpool (nord-ouest), où plus de 200.000 personnes ont été testées depuis début novembre, a indiqué le gouvernement dans le communiqué. À terme, les personnes entrées en contact avec un cas positif pourront également se faire tester régulièrement, leur permettant d'échapper à un isolement de 14 jours actuellement obligatoire, auquel est actuellement soumis le Premier ministre. Un projet pilote sera lancé la semaine prochaine à Liverpool et sera étendu, en cas de succès, aux soignants en décembre puis au reste du pays en janvier. Le Royaume-Uni, pays européen le plus endeuillé par la pandémie, dénombre plus de 55.000 morts de personnes testées positives au nouveau coronavirus et plus de 1,5 million de cas positifs. (Belga)

"En Angleterre (...), la hausse des nouveaux cas ralentit", a indiqué Boris Johnson dans un communiqué. "Nous ne sommes pas encore tirés d'affaire (...) mais avec l'extension du dépistage et les vaccins s'approchant de la phase de déploiement, le système de restrictions locales à niveaux contribuera à garder le virus sous contrôle". Selon les médias, le dirigeant conservateur annoncera dans l'après-midi devant les députés la réouverture des magasins non essentiels, pubs et restaurants à partir du 3 décembre, un coup de pouce pour l'économie, très fragilisée par la pandémie, durant cette période généralement faste menant à Noël. Les restrictions devraient être assouplies pour quelques jours à Noël et des discussions sont en cours entre le gouvernement et les autorités de l'Écosse, du Pays de Galles et de l'Irlande du Nord pour tenter d'avoir une approche unifiée, chaque province britannique décidant normalement de sa propre stratégie sanitaire. En Angleterre, le plan de restrictions locales, approuvé dimanche en conseil des ministres, reprendra les mêmes niveaux de restrictions qu'avant le confinement de quatre semaines décrété le 5 novembre, mais davantage de zones seront placées dans un niveau supérieur, plus strict. Le niveau dans lequel chaque région sera placée sera dévoilé jeudi. Ce plan s'accompagnera d'un programme de dépistage massif et rapide des populations dans les zones classées à risque "très élevé", à l'instar de l'expérience menée "avec succès" à Liverpool (nord-ouest), où plus de 200.000 personnes ont été testées depuis début novembre, a indiqué le gouvernement dans le communiqué. À terme, les personnes entrées en contact avec un cas positif pourront également se faire tester régulièrement, leur permettant d'échapper à un isolement de 14 jours actuellement obligatoire, auquel est actuellement soumis le Premier ministre. Un projet pilote sera lancé la semaine prochaine à Liverpool et sera étendu, en cas de succès, aux soignants en décembre puis au reste du pays en janvier. Le Royaume-Uni, pays européen le plus endeuillé par la pandémie, dénombre plus de 55.000 morts de personnes testées positives au nouveau coronavirus et plus de 1,5 million de cas positifs. (Belga)