"C'est en effet à l'Observatoire des prix ou aux régulateurs sectoriels (CREG, IPBT, FSMA), dont le PS a obtenu les renforcements, qu'il reviendra de définir quand le prix d'un bien ou d'un service est anormalement élevé", a précisé le parti.

Si ces organismes constatent des variations anormalement élevées de prix, le PS annonce qu'il demandera au gouvernement fédéral d'utiliser la loi du 22 janvier 1945 sur la réglementation économique et les prix qui prévoit déjà une série de mécanismes permettant de contrôler les prix. C'est sur la base de cette loi d'ailleurs que le gouvernement a bloqué provisoirement les prix de l'énergie.

Le PS souligne encore que ce blocage des prix n'est pas une fin en soi. Cela ne peut être qu'une mesure complémentaire et provisoire. Elle doit en effet permettre au gouvernement d'identifier les réponses structurelles les plus appropriées et parer à une situation d'urgence. L'objectif est d'éviter une aggravation de la situation pour le consommateur (augmentation des prix), pour les opérateurs économiques (atomisation de la concurrence) ou pour l'économie dans son ensemble (risque inflatoire), ont précisé les socialistes francophones.

Levif.be, avec Belga

"C'est en effet à l'Observatoire des prix ou aux régulateurs sectoriels (CREG, IPBT, FSMA), dont le PS a obtenu les renforcements, qu'il reviendra de définir quand le prix d'un bien ou d'un service est anormalement élevé", a précisé le parti. Si ces organismes constatent des variations anormalement élevées de prix, le PS annonce qu'il demandera au gouvernement fédéral d'utiliser la loi du 22 janvier 1945 sur la réglementation économique et les prix qui prévoit déjà une série de mécanismes permettant de contrôler les prix. C'est sur la base de cette loi d'ailleurs que le gouvernement a bloqué provisoirement les prix de l'énergie. Le PS souligne encore que ce blocage des prix n'est pas une fin en soi. Cela ne peut être qu'une mesure complémentaire et provisoire. Elle doit en effet permettre au gouvernement d'identifier les réponses structurelles les plus appropriées et parer à une situation d'urgence. L'objectif est d'éviter une aggravation de la situation pour le consommateur (augmentation des prix), pour les opérateurs économiques (atomisation de la concurrence) ou pour l'économie dans son ensemble (risque inflatoire), ont précisé les socialistes francophones. Levif.be, avec Belga