Dans un texte non contraignant voté à main levée, les députés européens réunis à Strasbourg ont "condamné fermement l'arrestation arbitraire et la condamnation des journalistes Wa Lone et Kyaw Soe Oo pour avoir fait état de la situation dans l'État de Rakhine" (côte ouest de la Birmanie). En conséquence, ils "demandent aux autorités de la Birmanie de les libérer immédiatement et sans condition ainsi que d'abandonner toutes les charges à leur encontre et à l'encontre de toutes les personnes emprisonnées de manière arbitraire". Accusés d'"atteinte au secret d'Etat", Wa Lone, 32 ans, et Kyaw Soe Oo, 28 ans, ont été condamnés début septembre à sept ans de prison chacun, un jugement rapidement critiqué par l'Onu, l'UE, Londres et Paris entre autres. En déplacement au Vietnam, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix et très critiquée sur cette affaire, a affirmé jeudi que Wa Lone et Kyaw Soe Oo "n'ont pas été emprisonnés parce que c'étaient des journalistes" mais parce que "le tribunal a décidé qu'ils avaient enfreint" la loi. "Beaucoup d'observateurs voyaient dans ce procès un test pour la liberté des médias, la démocratie et l'Etat de droit dans le pays. Il est plutôt clair que ce test a échoué", a déploré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, s'exprimant dans l'hémicycle du Parlement européen. "La condamnation va aussi intimider d'autres journalistes qui pourraient craindre des arrestations injustifiées et des persécutions pour avoir fait leur travail", s'est inquiétée la responsable européenne, sans citer directement Aung San Suu Kyi. Réaffirmant "sa solidarité constante à l'égard de la population rohingya", le Parlement européen "condamne fermement les attaques généralisées et systématiques contre les Rohingyas dans les États Kachin, de Rakhine et Shan" par les forces de sécurité birmanes ainsi que "tous les actes d'intimidation, de harcèlement ou de restriction de la liberté d'expression", selon le texte adopté jeudi. (Belga)

Dans un texte non contraignant voté à main levée, les députés européens réunis à Strasbourg ont "condamné fermement l'arrestation arbitraire et la condamnation des journalistes Wa Lone et Kyaw Soe Oo pour avoir fait état de la situation dans l'État de Rakhine" (côte ouest de la Birmanie). En conséquence, ils "demandent aux autorités de la Birmanie de les libérer immédiatement et sans condition ainsi que d'abandonner toutes les charges à leur encontre et à l'encontre de toutes les personnes emprisonnées de manière arbitraire". Accusés d'"atteinte au secret d'Etat", Wa Lone, 32 ans, et Kyaw Soe Oo, 28 ans, ont été condamnés début septembre à sept ans de prison chacun, un jugement rapidement critiqué par l'Onu, l'UE, Londres et Paris entre autres. En déplacement au Vietnam, la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix et très critiquée sur cette affaire, a affirmé jeudi que Wa Lone et Kyaw Soe Oo "n'ont pas été emprisonnés parce que c'étaient des journalistes" mais parce que "le tribunal a décidé qu'ils avaient enfreint" la loi. "Beaucoup d'observateurs voyaient dans ce procès un test pour la liberté des médias, la démocratie et l'Etat de droit dans le pays. Il est plutôt clair que ce test a échoué", a déploré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, s'exprimant dans l'hémicycle du Parlement européen. "La condamnation va aussi intimider d'autres journalistes qui pourraient craindre des arrestations injustifiées et des persécutions pour avoir fait leur travail", s'est inquiétée la responsable européenne, sans citer directement Aung San Suu Kyi. Réaffirmant "sa solidarité constante à l'égard de la population rohingya", le Parlement européen "condamne fermement les attaques généralisées et systématiques contre les Rohingyas dans les États Kachin, de Rakhine et Shan" par les forces de sécurité birmanes ainsi que "tous les actes d'intimidation, de harcèlement ou de restriction de la liberté d'expression", selon le texte adopté jeudi. (Belga)