Le service de contrôle de la Commission des jeux de hasard enquête depuis quelques temps à propos d'informations qui démontreraient cette fraude. Par des manipulations techniques, diverses sommes seraient retirées de la machine au profit de l'homme qui place les machines à bingos, avec la complaisance des cafetiers, explique le communiqué. Un circuit d'argent noir très important et de longue date a été ainsi créé. Le président de la CJH, Etienne Marique, estime que cette escroquerie pourrait avoir rapporté des dizaines, voire des centaines, de milliers d'euros par an, aux malfaiteurs.

Selon le président de la CJH, il est nécessaire "d'adapter les protocoles de transmission des informations avec les appareils de bingos." Le système actuel récolte déjà un certain nombre d'informations, mais les informations devraient être plus détaillées, explique le directeur de la CJH.

L'opération de police s'est, elle, passée dans le calme, aucune réaction violente de la part des cafetiers ou des clients n'a été remarquée d'après Etienne Marique. Elle a été coordonnée par la Commission des jeux de hasard en collaboration étroite avec le Federal Computer Crime Unit et les zones de police locale de la Région bruxelloise concernées. Le parquet de Bruxelles a ordonné une information judiciaire.

Le service de contrôle de la Commission des jeux de hasard enquête depuis quelques temps à propos d'informations qui démontreraient cette fraude. Par des manipulations techniques, diverses sommes seraient retirées de la machine au profit de l'homme qui place les machines à bingos, avec la complaisance des cafetiers, explique le communiqué. Un circuit d'argent noir très important et de longue date a été ainsi créé. Le président de la CJH, Etienne Marique, estime que cette escroquerie pourrait avoir rapporté des dizaines, voire des centaines, de milliers d'euros par an, aux malfaiteurs. Selon le président de la CJH, il est nécessaire "d'adapter les protocoles de transmission des informations avec les appareils de bingos." Le système actuel récolte déjà un certain nombre d'informations, mais les informations devraient être plus détaillées, explique le directeur de la CJH. L'opération de police s'est, elle, passée dans le calme, aucune réaction violente de la part des cafetiers ou des clients n'a été remarquée d'après Etienne Marique. Elle a été coordonnée par la Commission des jeux de hasard en collaboration étroite avec le Federal Computer Crime Unit et les zones de police locale de la Région bruxelloise concernées. Le parquet de Bruxelles a ordonné une information judiciaire.