M. Biden doit prononcer son premier discours de politique étrangère mercredi après-midi depuis le département d'Etat. Coutumier des attaques contre Berlin, Donald Trump avait annoncé en juin vouloir diminuer grandement le nombre de soldats américains stationnés en Allemagne, principal ancrage des forces américaines de l'Otan. Il avait affiché sa volonté de les faire passer à 25.000. "L'Allemagne a des arriérés, ça fait des années qu'ils ont des arriérés et ils doivent des milliards de dollars à l'Otan, et il faut qu'ils paient", avait-il lancé, dans une allocution particulièrement virulente. Le Pentagone avait par la suite précisé que le retrait porterait sur quelque 12.000 soldats, avec le rapatriement de 6.400 d'entre eux aux Etats-Unis tandis que les 5.600 autres seraient repositionnés dans d'autres pays de l'Otan. (Belga)

M. Biden doit prononcer son premier discours de politique étrangère mercredi après-midi depuis le département d'Etat. Coutumier des attaques contre Berlin, Donald Trump avait annoncé en juin vouloir diminuer grandement le nombre de soldats américains stationnés en Allemagne, principal ancrage des forces américaines de l'Otan. Il avait affiché sa volonté de les faire passer à 25.000. "L'Allemagne a des arriérés, ça fait des années qu'ils ont des arriérés et ils doivent des milliards de dollars à l'Otan, et il faut qu'ils paient", avait-il lancé, dans une allocution particulièrement virulente. Le Pentagone avait par la suite précisé que le retrait porterait sur quelque 12.000 soldats, avec le rapatriement de 6.400 d'entre eux aux Etats-Unis tandis que les 5.600 autres seraient repositionnés dans d'autres pays de l'Otan. (Belga)