"J'annonce aujourd'hui près de 100 millions de dollars d'aide humanitaire nouvelle. Cela vient en plus des 560 millions d'aide humanitaire déjà fournis par les Etats-Unis au Liban au cours des deux dernières années", a-t-il dit dans un message vidéo adressé à une conférence internationale virtuelle sur le Liban, qui se tient mercredi sous la houlette de la France. "Aucune aide ne sera jamais suffisante si les responsables politiques du Liban ne s'engagent pas à faire le dur mais nécessaire travail de réformer l'économie et combattre la corruption. C'est essentiel. Il faut commencer maintenant", a aussi déclaré Joe Biden. Le président français Emmanuel Macron a été encore plus ferme. "Les dirigeants libanais semblent faire le pari du pourrissement", a-t-il lancé à l'ouverture de cette Conférence internationale de soutien à la population libanaise, qui réunit les représentants d'une quarantaine d'Etats et d'organisations internationales, un an après l'explosion au port de Beyrouth. Le 4 août 2020, des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium, stockées depuis des années dans un entrepôt délabré et "sans mesure de précaution" de l'aveu même du gouvernement, ont explosé, faisant 214 morts, plus de 6.500 blessés et détruisant des quartiers entiers. "La souffrance du peuple libanais a encore été augmentée pendant l'année qui s'est écoulée par une crise politique et économique qui aurait pu être évitée", a estimé Joe Biden. Le Liban est sans gouvernement depuis la démission d'Hassan Diab et de son équipe au lendemain de l'explosion - qui n'a, à ce jour, eu aucune conséquence judiciaire. Le nouveau Premier ministre désigné le 26 juillet, Najib Mikati, a promis de former sans délai un gouvernement, sans résultat à ce jour. La communauté internationale, France en tête, ne cesse de réclamer des réformes structurelles dans un pays rongé par la corruption, par une crise économique d'une gravité inouïe, et par la pandémie de Covid-19. (Belga)

"J'annonce aujourd'hui près de 100 millions de dollars d'aide humanitaire nouvelle. Cela vient en plus des 560 millions d'aide humanitaire déjà fournis par les Etats-Unis au Liban au cours des deux dernières années", a-t-il dit dans un message vidéo adressé à une conférence internationale virtuelle sur le Liban, qui se tient mercredi sous la houlette de la France. "Aucune aide ne sera jamais suffisante si les responsables politiques du Liban ne s'engagent pas à faire le dur mais nécessaire travail de réformer l'économie et combattre la corruption. C'est essentiel. Il faut commencer maintenant", a aussi déclaré Joe Biden. Le président français Emmanuel Macron a été encore plus ferme. "Les dirigeants libanais semblent faire le pari du pourrissement", a-t-il lancé à l'ouverture de cette Conférence internationale de soutien à la population libanaise, qui réunit les représentants d'une quarantaine d'Etats et d'organisations internationales, un an après l'explosion au port de Beyrouth. Le 4 août 2020, des centaines de tonnes de nitrate d'ammonium, stockées depuis des années dans un entrepôt délabré et "sans mesure de précaution" de l'aveu même du gouvernement, ont explosé, faisant 214 morts, plus de 6.500 blessés et détruisant des quartiers entiers. "La souffrance du peuple libanais a encore été augmentée pendant l'année qui s'est écoulée par une crise politique et économique qui aurait pu être évitée", a estimé Joe Biden. Le Liban est sans gouvernement depuis la démission d'Hassan Diab et de son équipe au lendemain de l'explosion - qui n'a, à ce jour, eu aucune conséquence judiciaire. Le nouveau Premier ministre désigné le 26 juillet, Najib Mikati, a promis de former sans délai un gouvernement, sans résultat à ce jour. La communauté internationale, France en tête, ne cesse de réclamer des réformes structurelles dans un pays rongé par la corruption, par une crise économique d'une gravité inouïe, et par la pandémie de Covid-19. (Belga)