Elle-même trouve la campagne publicitaire "scandaleuse et irresponsable", fait-elle savoir. Depuis mardi, l'image fait le buzz sur les réseaux sociaux et dans les médias, provoquant réactions outrées et appels aux excuses de l'entreprise. Elle a entre-temps été retirée des canaux de communication de Bicky. La secrétaire d'État bruxelloise en charge de l'Égalité des chances, Nawal Ben Hamou (PS), avait déjà annoncé mardi soir qu'elle allait déposer plainte auprès du Jury d'éthique publicitaire, tout comme la ministre wallonne Christie Morreale (PS). Le Jury d'éthique publicitaire a indiqué mercredi avoir déjà reçu environ 300 plaintes concernant la publicité de la marque Bicky Burger. L'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes a de son côté également reçu plusieurs signalements de citoyens au sujet de la même publicité, indique Nathalie Muylle. Il suivra le dossier, avec le JEP. La ministre elle-même juge sévèrement la campagne. "La souffrance des gens y est utilisée à des fins commerciales. On banalise ainsi la violence entre partenaires, alors qu'il s'agit encore d'une problématique très vivace en Belgique", indique-t-elle. Environ 120 personnes portent plainte, chaque jour, pour violences conjugales, qu'elles soient physiques ou psychiques. La ministre porte en tout cas attention à cette problématique. "Mes services travaillent actuellement aux préparations d'un nouveau plan d'action, qui permettra je l'espère au prochain gouvernement de s'y attaquer rapidement", indique-t-elle. (Belga)