Il y a quelques jours, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) avait plaidé pour l'élaboration d'un "Pacte bruxellois pour un enseignement d'excellence". Motif : l'état de la jeunesse de la capitale pousse, selon lui, à penser cette politique de manière bruxello-bruxelloise. Le chef de file socialiste bruxellois avait précisé que ce thème serait un axe déterminant de son discours dans les prochaines années.

"Il faut quitter le débat de la régionalisation de l'enseignement qui n'a pas de sens", a répliqué lundi le président du cdH, soulignant que l'enseignement constituait un des domaines dans lesquels le projet humaniste de sa formation trouvait le plus à s'exprimer.

Mais il en est d'autres qui feront selon lui l'objet de forums - en tout cinq, au cours des prochains mois - qui seront ouverts à la société civile, au secteur associatif et aux acteurs concernés en vue des prochaines échéances électorales. L'objectif est de défendre des projets à long terme, en sortant de "l'invective", et du "clivage gauche droite de plus en plus important", a-t-il expliqué en substance.

Un de ces forums portera sur l'avenir de la sécurité sociale mise à mal par la majorité fédérale actuelle, a-t-il poursuivi. Pour Benoît Lutgen, il y a lieu de s'inspirer également de l'expérience acquise dans d'autres pays européens et au-delà.

Plus largement, Benoît Lutgen considère que le projet humaniste conserve tout son sens car on observe "beaucoup de recul des libertés fondamentales". Ainsi, "les visites domiciliaires" organisées chez ceux qui offrent le gîte à des migrants "sont abjectes". "Nous serons vent debout pour contester ce projet touchant aux libertés fondamentales", a-t-il dit.

Il y a quelques jours, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) avait plaidé pour l'élaboration d'un "Pacte bruxellois pour un enseignement d'excellence". Motif : l'état de la jeunesse de la capitale pousse, selon lui, à penser cette politique de manière bruxello-bruxelloise. Le chef de file socialiste bruxellois avait précisé que ce thème serait un axe déterminant de son discours dans les prochaines années. "Il faut quitter le débat de la régionalisation de l'enseignement qui n'a pas de sens", a répliqué lundi le président du cdH, soulignant que l'enseignement constituait un des domaines dans lesquels le projet humaniste de sa formation trouvait le plus à s'exprimer. Mais il en est d'autres qui feront selon lui l'objet de forums - en tout cinq, au cours des prochains mois - qui seront ouverts à la société civile, au secteur associatif et aux acteurs concernés en vue des prochaines échéances électorales. L'objectif est de défendre des projets à long terme, en sortant de "l'invective", et du "clivage gauche droite de plus en plus important", a-t-il expliqué en substance. Un de ces forums portera sur l'avenir de la sécurité sociale mise à mal par la majorité fédérale actuelle, a-t-il poursuivi. Pour Benoît Lutgen, il y a lieu de s'inspirer également de l'expérience acquise dans d'autres pays européens et au-delà. Plus largement, Benoît Lutgen considère que le projet humaniste conserve tout son sens car on observe "beaucoup de recul des libertés fondamentales". Ainsi, "les visites domiciliaires" organisées chez ceux qui offrent le gîte à des migrants "sont abjectes". "Nous serons vent debout pour contester ce projet touchant aux libertés fondamentales", a-t-il dit.