La démission de M. Lutgen sera officialisée lors d'un bureau de parti, qui se tiendra à Namur en matinée. Le président sortant s'est montré serein quant à sa succession, affirmant que "certains, dont Maxime Prévot, sont prêts à reprendre le flambeau". S'il a loué les "grandes qualités" de l'actuel bourgmestre de Namur, le président sortant a précisé qu'il ne le désignait pas pour lui succéder. "Si les membres du cdH choisissent de porter quelqu'un d'autre à la présidence, je les soutiendrai", a-t-il expliqué. "Il est important à mes yeux de donner la possibilité à une personne d'endosser cette fonction (de président de parti, ndlr) pour la prochaine élection, pour d'éventuelles négociations et qu'elle ait le soutien de l'ensemble de notre formation politique pour la législative à venir", a insisté Benoît Lutgen. Ce dernier a précisé qu'il resterait à la disposition et au service de son parti. "Si le nouveau président me donne un rôle, je le ferai avec la même ferveur, peu importe la position". (Belga)

La démission de M. Lutgen sera officialisée lors d'un bureau de parti, qui se tiendra à Namur en matinée. Le président sortant s'est montré serein quant à sa succession, affirmant que "certains, dont Maxime Prévot, sont prêts à reprendre le flambeau". S'il a loué les "grandes qualités" de l'actuel bourgmestre de Namur, le président sortant a précisé qu'il ne le désignait pas pour lui succéder. "Si les membres du cdH choisissent de porter quelqu'un d'autre à la présidence, je les soutiendrai", a-t-il expliqué. "Il est important à mes yeux de donner la possibilité à une personne d'endosser cette fonction (de président de parti, ndlr) pour la prochaine élection, pour d'éventuelles négociations et qu'elle ait le soutien de l'ensemble de notre formation politique pour la législative à venir", a insisté Benoît Lutgen. Ce dernier a précisé qu'il resterait à la disposition et au service de son parti. "Si le nouveau président me donne un rôle, je le ferai avec la même ferveur, peu importe la position". (Belga)