Les élèves de l'enseignement obligatoire peuvent, depuis le 10 mai, retourner en classe à temps plein. Les établissements scolaires fournissent des efforts considérables pour créer un environnement aussi sûr que possible, mais cela a un coût. Ils doivent par exemple investir dans du matériel de nettoyage supplémentaire, des autocollants pour le sol et des compteurs CO2. Le gouvernement flamand avait déjà libéré à deux reprises des ressources supplémentaires pour couvrir les factures corona des écoles. Le ministre flamand de l'Enseignement a cette fois libéré 24 millions d'euros supplémentaires afin de couvrir les frais de matériel destiné à la sécurité sanitaire dans les écoles. Ainsi, les coûts du deuxième et troisième trimestre pourront eux aussi être absorbés. La majeure partie des ressources sera affectée à l'enseignement primaire ordinaire (13,5 millions d'euros) et à l'enseignement secondaire ordinaire (6,6 millions d'euros), mais l'enseignement spécialisé, l'enseignement artistique à temps partiel, les centres d'enseignement pour adultes, les centres d'éducation de base, les centres d'orientation scolaire et les internats pourront également compter sur des ressources additionnelles. M. Weyts a écrit à toutes les écoles au début du troisième trimestre pour leur rappeler les bénéfices des compteurs CO2: peu coûteux, ils permettent de vérifier rapidement et facilement la qualité de l'air dans les salles de classe. (Belga)

Les élèves de l'enseignement obligatoire peuvent, depuis le 10 mai, retourner en classe à temps plein. Les établissements scolaires fournissent des efforts considérables pour créer un environnement aussi sûr que possible, mais cela a un coût. Ils doivent par exemple investir dans du matériel de nettoyage supplémentaire, des autocollants pour le sol et des compteurs CO2. Le gouvernement flamand avait déjà libéré à deux reprises des ressources supplémentaires pour couvrir les factures corona des écoles. Le ministre flamand de l'Enseignement a cette fois libéré 24 millions d'euros supplémentaires afin de couvrir les frais de matériel destiné à la sécurité sanitaire dans les écoles. Ainsi, les coûts du deuxième et troisième trimestre pourront eux aussi être absorbés. La majeure partie des ressources sera affectée à l'enseignement primaire ordinaire (13,5 millions d'euros) et à l'enseignement secondaire ordinaire (6,6 millions d'euros), mais l'enseignement spécialisé, l'enseignement artistique à temps partiel, les centres d'enseignement pour adultes, les centres d'éducation de base, les centres d'orientation scolaire et les internats pourront également compter sur des ressources additionnelles. M. Weyts a écrit à toutes les écoles au début du troisième trimestre pour leur rappeler les bénéfices des compteurs CO2: peu coûteux, ils permettent de vérifier rapidement et facilement la qualité de l'air dans les salles de classe. (Belga)