L'organisation parle tant des troubles que de la réponse de la police à ces émeutes. "Nous avons été touchés par les images que nous avons vues", a déclaré la porte-parole Stéphanie Collingwoode Williams. "Qu'une manifestation contre la violence policière entraîne de nouvelles violences policières est quelque chose que nous ne pouvons pas imaginer." La manifestation en elle-même, à laquelle environ 10.000 personnes ont participé, s'est déroulée sans problème dimanche, mais s'est poursuivie par des violences et des émeutes. Certains magasins ont également été pillés. "Nous ne comprenons absolument pas comment cela a pu s'intensifier aussi rapidement", explique la porte-parole. "Nous avons aussi vu les images de ce qui s'est passé entre autres à Ixelles et nous regrettons les dégâts, mais nous ne connaissons pas ces personnes et ce n'est pas le message que nous voulions faire passer. Au moins une partie de ces gens étaient membres d'un collectif anarchiste composé principalement de Blancs. Nous avons aussi appris qu'un membre de 'Change' avait été blessé." Mais le comportement de la police pose aussi question, souligne BNFBL. "Nous avons aussi vu de nombreuses images et avons des témoignages de personnes qui ont été victimes de violences policières. Nous ne pouvons en aucun cas accepter la façon dont la police a traité ces personnes et nous leurs exprimons toute notre solidarité." "C'était une excellente occasion pour la police de montrer qu'elle pouvait agir différemment", a déclaré Mme Williams. "Ils auraient pu isoler les gens et ensuite les interpeller, au lieu de les frapper." (Belga)

L'organisation parle tant des troubles que de la réponse de la police à ces émeutes. "Nous avons été touchés par les images que nous avons vues", a déclaré la porte-parole Stéphanie Collingwoode Williams. "Qu'une manifestation contre la violence policière entraîne de nouvelles violences policières est quelque chose que nous ne pouvons pas imaginer." La manifestation en elle-même, à laquelle environ 10.000 personnes ont participé, s'est déroulée sans problème dimanche, mais s'est poursuivie par des violences et des émeutes. Certains magasins ont également été pillés. "Nous ne comprenons absolument pas comment cela a pu s'intensifier aussi rapidement", explique la porte-parole. "Nous avons aussi vu les images de ce qui s'est passé entre autres à Ixelles et nous regrettons les dégâts, mais nous ne connaissons pas ces personnes et ce n'est pas le message que nous voulions faire passer. Au moins une partie de ces gens étaient membres d'un collectif anarchiste composé principalement de Blancs. Nous avons aussi appris qu'un membre de 'Change' avait été blessé." Mais le comportement de la police pose aussi question, souligne BNFBL. "Nous avons aussi vu de nombreuses images et avons des témoignages de personnes qui ont été victimes de violences policières. Nous ne pouvons en aucun cas accepter la façon dont la police a traité ces personnes et nous leurs exprimons toute notre solidarité." "C'était une excellente occasion pour la police de montrer qu'elle pouvait agir différemment", a déclaré Mme Williams. "Ils auraient pu isoler les gens et ensuite les interpeller, au lieu de les frapper." (Belga)