"Je suis convaincu que l'Union européenne (UE) et les États-Unis partagent les mêmes préoccupations sur ce qui s'est passé et ce qui se passe au Bélarus", a-t-il déclaré lors d'une visite en Slovénie. "J'ai bon espoir que nous pourrons travailler ensemble d'une certaine manière", a ajouté en conférence de presse le secrétaire d'État américain, qui avait déjà réclamé mercredi en République tchèque un respect "des libertés désirées" par les Biélorusses, en exhortant les autorités de l'ancienne république soviétique à ne pas nuire aux manifestants. Les ministres des affaires étrangères de l'UE doivent discuter du Bélarus lors d'une réunion extraordinaire vendredi, certains de ses membres demandant la réintroduction de sanctions. M. Pompeo effectue actuellement une tournée de cinq jours en République tchèque, Slovénie, Autriche et Pologne. Jeudi, la Slovénie, membre de l'UE depuis 2004, s'est déclarée en faveur de nouvelles élections au Bélarus, dont le résultat serait garanti par des observateurs internationaux. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui envoie des observateurs au Bélarus depuis 2001, n'a pas été invitée à surveiller les élections de dimanche. La Hongrie dit avoir évoqué la situation avec la Lettonie, qui partage une frontière avec le Bélarus, les deux pays "étant intéressés", selon une déclaration de Budapest publiée sur les réseaux sociaux, "par des décisions européennes prises sur la base du dialogue et n'entravant ni les relations futures entre l'UE et le Bélarus, ni le partenariat oriental". Ce programme est une initiative conjointe de l'UE, de ses membres et de six pays voisins à ses frontières extérieures, dont le Bélarus. Minsk a encore annoncé jeudi l'arrestation de quelque 700 manifestants la veille, au quatrième jour d'une contestation ayant fait deux morts. Des chaînes humaines se sont multipliées jeudi au Bélarus pour dénoncer cette répression. Le chef de l'État sortant Alexandre Loukachenko, 65 ans, au pouvoir depuis 26 ans, a été officiellement réélu dimanche avec plus de 80% des voix. (Belga)

"Je suis convaincu que l'Union européenne (UE) et les États-Unis partagent les mêmes préoccupations sur ce qui s'est passé et ce qui se passe au Bélarus", a-t-il déclaré lors d'une visite en Slovénie. "J'ai bon espoir que nous pourrons travailler ensemble d'une certaine manière", a ajouté en conférence de presse le secrétaire d'État américain, qui avait déjà réclamé mercredi en République tchèque un respect "des libertés désirées" par les Biélorusses, en exhortant les autorités de l'ancienne république soviétique à ne pas nuire aux manifestants. Les ministres des affaires étrangères de l'UE doivent discuter du Bélarus lors d'une réunion extraordinaire vendredi, certains de ses membres demandant la réintroduction de sanctions. M. Pompeo effectue actuellement une tournée de cinq jours en République tchèque, Slovénie, Autriche et Pologne. Jeudi, la Slovénie, membre de l'UE depuis 2004, s'est déclarée en faveur de nouvelles élections au Bélarus, dont le résultat serait garanti par des observateurs internationaux. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui envoie des observateurs au Bélarus depuis 2001, n'a pas été invitée à surveiller les élections de dimanche. La Hongrie dit avoir évoqué la situation avec la Lettonie, qui partage une frontière avec le Bélarus, les deux pays "étant intéressés", selon une déclaration de Budapest publiée sur les réseaux sociaux, "par des décisions européennes prises sur la base du dialogue et n'entravant ni les relations futures entre l'UE et le Bélarus, ni le partenariat oriental". Ce programme est une initiative conjointe de l'UE, de ses membres et de six pays voisins à ses frontières extérieures, dont le Bélarus. Minsk a encore annoncé jeudi l'arrestation de quelque 700 manifestants la veille, au quatrième jour d'une contestation ayant fait deux morts. Des chaînes humaines se sont multipliées jeudi au Bélarus pour dénoncer cette répression. Le chef de l'État sortant Alexandre Loukachenko, 65 ans, au pouvoir depuis 26 ans, a été officiellement réélu dimanche avec plus de 80% des voix. (Belga)