Selon Sudpresse, M. Diallo (PS), par ailleurs ex-champion du monde de boxe est depuis mardi à Conakry pour présenter à la population le fruit de son travail caritatif "Fight for Africa" visant à développer deux centres de formation professionnelle pour les jeunes peu qualifiés et dupliquer le concept dans d'autres pays africains. Il est prêt à se lancer dans la course à la présidence. "Des suites de l'article parlant d'une candidature officielle de ma part aux élections présidentielles en Guinée Conakry pour 2020, je me dois de réagir... Suis-je officiellement candidat aux élections présidentielles de Guinée actuellement? Non! Suis-je disponible et prêt à prendre mes responsabilités si demain, j'étais appelé par la population à incarner une solution pour sortir le pays et la population de l'impasse politique actuelle? Oui! Et si c'est le cas, je me mettrais en congé de la politique" (ndlr: en Belgique), a tenu à dire le mandataire socialiste, par voie de communiqué. M. Diallo a précisé être venu avant tout dans la continuité de son combat de boxe qui consistait en montrant l'exemple à travers le surpassement de soi, à sensibiliser le public belge et guinéen à l'enjeu d'un arrêt des flux migratoires vers l'Europe via la formation des jeunes aux besoins de l'économie réelle. "J'appelle à rester serein et à ne pas faire d'amalgames simplistes. Ma démarche a toujours été transparente vis à vis de mes engagements en Belgique et en Guinée. Aujourd'hui je suis le Premier 1er échevin à Ixelles et je compte bien assumer pleinement mon mandat. Je n'ai aucun problème à assumer ce que j'ai dit... mais j'invite tout un chacun à ne pas céder à la facilité de jeter l'opprobre sur ma démarche consistant à m'engager pour mieux former la jeunesse africaine aux métiers qualifiés de main d'oeuvre sur place", a encore dit Bea Diallo. (Belga)

Selon Sudpresse, M. Diallo (PS), par ailleurs ex-champion du monde de boxe est depuis mardi à Conakry pour présenter à la population le fruit de son travail caritatif "Fight for Africa" visant à développer deux centres de formation professionnelle pour les jeunes peu qualifiés et dupliquer le concept dans d'autres pays africains. Il est prêt à se lancer dans la course à la présidence. "Des suites de l'article parlant d'une candidature officielle de ma part aux élections présidentielles en Guinée Conakry pour 2020, je me dois de réagir... Suis-je officiellement candidat aux élections présidentielles de Guinée actuellement? Non! Suis-je disponible et prêt à prendre mes responsabilités si demain, j'étais appelé par la population à incarner une solution pour sortir le pays et la population de l'impasse politique actuelle? Oui! Et si c'est le cas, je me mettrais en congé de la politique" (ndlr: en Belgique), a tenu à dire le mandataire socialiste, par voie de communiqué. M. Diallo a précisé être venu avant tout dans la continuité de son combat de boxe qui consistait en montrant l'exemple à travers le surpassement de soi, à sensibiliser le public belge et guinéen à l'enjeu d'un arrêt des flux migratoires vers l'Europe via la formation des jeunes aux besoins de l'économie réelle. "J'appelle à rester serein et à ne pas faire d'amalgames simplistes. Ma démarche a toujours été transparente vis à vis de mes engagements en Belgique et en Guinée. Aujourd'hui je suis le Premier 1er échevin à Ixelles et je compte bien assumer pleinement mon mandat. Je n'ai aucun problème à assumer ce que j'ai dit... mais j'invite tout un chacun à ne pas céder à la facilité de jeter l'opprobre sur ma démarche consistant à m'engager pour mieux former la jeunesse africaine aux métiers qualifiés de main d'oeuvre sur place", a encore dit Bea Diallo. (Belga)