Entre les lignes, on peut y lire qu'il va bien falloir être prêt pour un "no deal", tant les disparités restent énormes alors qu'il reste peu de temps. "Personne ne devrait sous-estimer les conséquences pratiques, économiques et sociales d'un scénario de 'no deal'", prévient tout de même le Français. Il affirme parallèlement que l'Union reste "attachée" à son objectif de parvenir à un partenariat futur "ambitieux" avec Londres. Si la partie européenne fait preuve de "flexibilité" pour arrondir les angles sur des points qui gênent Londres, comme sur la compétence de la Cour de Justice de l'Union européenne et la question de la pêche, "le Royaume-Uni ne s'est pas engagé de son côté sur une voie réciproque concernant les principes fondamentaux et les intérêts de l'UE", constate le Français. (Belga)

Entre les lignes, on peut y lire qu'il va bien falloir être prêt pour un "no deal", tant les disparités restent énormes alors qu'il reste peu de temps. "Personne ne devrait sous-estimer les conséquences pratiques, économiques et sociales d'un scénario de 'no deal'", prévient tout de même le Français. Il affirme parallèlement que l'Union reste "attachée" à son objectif de parvenir à un partenariat futur "ambitieux" avec Londres. Si la partie européenne fait preuve de "flexibilité" pour arrondir les angles sur des points qui gênent Londres, comme sur la compétence de la Cour de Justice de l'Union européenne et la question de la pêche, "le Royaume-Uni ne s'est pas engagé de son côté sur une voie réciproque concernant les principes fondamentaux et les intérêts de l'UE", constate le Français. (Belga)