"Nous allons faire des propositions", assure-t-il. "Et si la Flandre et la Wallonie réservaient une bande d'autoroute pour les voitures qui transportent au moins trois passagers?".

Le ministre émet également l'idée qu'une telle voiture pourrait entrer "gratuitement dans Bruxelles", tandis que ce "serait payant pour ceux qui entrent seuls". Précisant qu'un tel projet serait "à part" de la taxe kilométrique, qui n'a pas été abandonnée mais sur laquelle "on travaille discrètement", il estime que "si, en même temps, le fédéral offre une déductibilité pour ceux qui partagent leur voiture, les habitudes des Belges changeront en trois mois". "Il y a trop de voitures, trop de navetteurs que la ville ne peut plus physiquement absorber", indique le socialiste flamand à propos de la capitale et de ses embouteillages. Or, "la mobilité n'est pas un objectif en soi, c'est un moyen pour améliorer la qualité de vie et de l'air", estime-t-il.

"Nous allons faire des propositions", assure-t-il. "Et si la Flandre et la Wallonie réservaient une bande d'autoroute pour les voitures qui transportent au moins trois passagers?". Le ministre émet également l'idée qu'une telle voiture pourrait entrer "gratuitement dans Bruxelles", tandis que ce "serait payant pour ceux qui entrent seuls". Précisant qu'un tel projet serait "à part" de la taxe kilométrique, qui n'a pas été abandonnée mais sur laquelle "on travaille discrètement", il estime que "si, en même temps, le fédéral offre une déductibilité pour ceux qui partagent leur voiture, les habitudes des Belges changeront en trois mois". "Il y a trop de voitures, trop de navetteurs que la ville ne peut plus physiquement absorber", indique le socialiste flamand à propos de la capitale et de ses embouteillages. Or, "la mobilité n'est pas un objectif en soi, c'est un moyen pour améliorer la qualité de vie et de l'air", estime-t-il.