"Le nombre d'évacués se monte à 48.540", a déclaré un porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes naturelles, Sutopo Purwo Nugroho, lors d'une conférence de presse à Jakarta, soit une nette augmentation comparé aux quelque 34.000 annoncés dimanche. Le volcan Agung, situé à quelque 75 kilomètres de la ville touristique de Kuta, gronde depuis le mois d'août. Le niveau d'alerte maximale sur l'île avait été décrété vendredi par les autorités indonésiennes, qui recommandent de rester à plus de neuf kilomètres du cratère. Les habitants évacués ont été accueillis dans des refuges temporaires ou se sont rendus chez des proches. L'aéroport international de Denpasar, la capitale de Bali, qui accueille chaque année des millions de touristes, n'est pour le moment pas affecté. Mais les autorités aéroportuaires surveillent de près la situation et anticipent l'éventualité d'une fermeture. La dernière éruption du mont Agung, qui remonte à 1963, avait fait plus d'un millier de morts. (Belga)

"Le nombre d'évacués se monte à 48.540", a déclaré un porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes naturelles, Sutopo Purwo Nugroho, lors d'une conférence de presse à Jakarta, soit une nette augmentation comparé aux quelque 34.000 annoncés dimanche. Le volcan Agung, situé à quelque 75 kilomètres de la ville touristique de Kuta, gronde depuis le mois d'août. Le niveau d'alerte maximale sur l'île avait été décrété vendredi par les autorités indonésiennes, qui recommandent de rester à plus de neuf kilomètres du cratère. Les habitants évacués ont été accueillis dans des refuges temporaires ou se sont rendus chez des proches. L'aéroport international de Denpasar, la capitale de Bali, qui accueille chaque année des millions de touristes, n'est pour le moment pas affecté. Mais les autorités aéroportuaires surveillent de près la situation et anticipent l'éventualité d'une fermeture. La dernière éruption du mont Agung, qui remonte à 1963, avait fait plus d'un millier de morts. (Belga)