"Si l'information de la mort de al-Baghdadi est vraiment confirmée, alors on pourrait parler d'importante contribution du président des États-Unis dans la lutte contre le terrorisme international", a déclaré aux journalistes le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. "Cette information ne peut pas en soit provoquer de réaction négative du pouvoir russe", a-t-il ajouté. M. Peskov a par ailleurs reconnu que les militaires russes ont "en effet vu dans la zone des avions américains, des drones américains", alors que le ministère russe de la Défense, dimanche soir, disait n'avoir "pas d'informations fiables sur les actions de l'armée américaine dans la zone de désescalade d'Idleb", où al-Baghdadi se cachait selon Washington. Le président américain Donald Trump a annoncé dimanche la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi lors d'une opération militaire américaine dans le nord-ouest de la Syrie, menée dans la nuit de samedi à dimanche. Il a livré un récit détaillé du raid au cours duquel le chef de l'EI a été acculé par les forces américaines puis s'est fait sauter avec sa ceinture d'explosifs. Après le raid qui a conduit à la mort du chef de l'EI, M. Trump a remercié la Russie, la Turquie, la Syrie, l'Irak et les Kurdes de Syrie. L'homme le plus recherché du monde, considéré comme responsable de multiples exactions et atrocités en Irak et en Syrie et d'attentats sanglants dans plusieurs pays, avait été plusieurs fois donné pour mort ces dernières années. En juin 2017, la Russie avait affirmé avoir probablement tué Baghdadi dans une frappe aérienne en mai près de la ville syrienne de Raqa (nord). (Belga)