Le projet en question a été élaboré à l'initiative de l'école privée "Pistache" qui pratique l'immersion linguistique et se sent à l'étroit dans ses locaux actuels situés ailleurs. Elle est subventionnée par la Communauté flamande mais pas pour ses infrastructures dont elle voudrait porter la capacité d'accueil à 220 élèves (125 actuellement). Pour financer l'opération, l'école a prévu de construire trois immeubles de 71 appartements ainsi que 75 emplacements de parkings actuellement exploités en jardins potagers, sur un terrain de 6000 m2. Pendant l'enquête publique, les riverains se sont opposés, en remettant plus de 500 lettres dans ce sens, non à la nature du projet, mais à son ampleur. Ils craignent son impact environnemental sur plusieurs plans (betonnisation excessive, pollution de l'air et sonore). Selon la commune, il y a également eu des lettres de soutien à l'école. Le collège échevinal de Schaerbeek a examiné le projet afin de donner son avis au fonctionnaire délégué de la Région. Selon l'échevin de l'Urbanisme Frédéric Nimal, qui dit partager l'avis des riverains, le collège a rendu un avis défavorable longuement motivé, en 116 points. Il ne conteste pas l'utilité de création de nouvelles écoles en Région bruxelloise ni la qualité du projet pédagogique de l'école qui aurait souhaité s'installer dans les lieux. Toutefois, par la création d'une école et de 71 logements, en intérieur d'ilot, ce projet déroge à de très nombreuses dispositions urbanistiques et environnementales; il densifie très fortement l'occupation de la parcelle, imperméabilise celle-ci de manière importante, et les gabarits projetés ne s'accordent pas avec le bâti environnant, a expliqué l'échevin. (Belga)

Le projet en question a été élaboré à l'initiative de l'école privée "Pistache" qui pratique l'immersion linguistique et se sent à l'étroit dans ses locaux actuels situés ailleurs. Elle est subventionnée par la Communauté flamande mais pas pour ses infrastructures dont elle voudrait porter la capacité d'accueil à 220 élèves (125 actuellement). Pour financer l'opération, l'école a prévu de construire trois immeubles de 71 appartements ainsi que 75 emplacements de parkings actuellement exploités en jardins potagers, sur un terrain de 6000 m2. Pendant l'enquête publique, les riverains se sont opposés, en remettant plus de 500 lettres dans ce sens, non à la nature du projet, mais à son ampleur. Ils craignent son impact environnemental sur plusieurs plans (betonnisation excessive, pollution de l'air et sonore). Selon la commune, il y a également eu des lettres de soutien à l'école. Le collège échevinal de Schaerbeek a examiné le projet afin de donner son avis au fonctionnaire délégué de la Région. Selon l'échevin de l'Urbanisme Frédéric Nimal, qui dit partager l'avis des riverains, le collège a rendu un avis défavorable longuement motivé, en 116 points. Il ne conteste pas l'utilité de création de nouvelles écoles en Région bruxelloise ni la qualité du projet pédagogique de l'école qui aurait souhaité s'installer dans les lieux. Toutefois, par la création d'une école et de 71 logements, en intérieur d'ilot, ce projet déroge à de très nombreuses dispositions urbanistiques et environnementales; il densifie très fortement l'occupation de la parcelle, imperméabilise celle-ci de manière importante, et les gabarits projetés ne s'accordent pas avec le bâti environnant, a expliqué l'échevin. (Belga)