Vladimir Poutine a en outre assuré que la réaction de l'armée russe consisterait essentiellement à renforcer la sécurité des militaires russes déployés en Syrie depuis septembre 2015 en soutien à l'armée de Bachar al-Assad. "Cela ressemble à un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques", a déclaré le président russe lors d'une conférence de presse, refusant de comparer l'incident au crash d'un avion de chasse russe abattu par l'armée turque en novembre 2015, qui avait été suivi d'une grave crise diplomatique. "Israël n'a pas abattu notre avion", a poursuivi Vladimir Poutine, qui s'exprimait au Kremlin aux côtés du Premier ministre hongrois Viktor Orban. Un avion de reconnaissance russe Il-20 a été abattu lundi soir à une trentaine de kilomètres des côtes par la défense anti-aérienne syrienne, qui répliquait à une attaque aérienne initiée selon le ministère russe de la Défense par quatre F-16 israéliens. Il a encore ajouté approuver le communiqué publié plus tôt par le ministère russe de la Défense, qui juge Israël responsable de la perte de l'avion russe par ses frappes "hostiles". Mais alors que l'armée russe se réservait "le droit de riposter", le président russe a expliqué que la réaction russe consisterait à renforcer les défenses de son armée déployée en Syrie. "Ce seront des mesures que tout le monde remarquera", a-t-il assuré sans donner plus de détails. (Belga)

Vladimir Poutine a en outre assuré que la réaction de l'armée russe consisterait essentiellement à renforcer la sécurité des militaires russes déployés en Syrie depuis septembre 2015 en soutien à l'armée de Bachar al-Assad. "Cela ressemble à un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques", a déclaré le président russe lors d'une conférence de presse, refusant de comparer l'incident au crash d'un avion de chasse russe abattu par l'armée turque en novembre 2015, qui avait été suivi d'une grave crise diplomatique. "Israël n'a pas abattu notre avion", a poursuivi Vladimir Poutine, qui s'exprimait au Kremlin aux côtés du Premier ministre hongrois Viktor Orban. Un avion de reconnaissance russe Il-20 a été abattu lundi soir à une trentaine de kilomètres des côtes par la défense anti-aérienne syrienne, qui répliquait à une attaque aérienne initiée selon le ministère russe de la Défense par quatre F-16 israéliens. Il a encore ajouté approuver le communiqué publié plus tôt par le ministère russe de la Défense, qui juge Israël responsable de la perte de l'avion russe par ses frappes "hostiles". Mais alors que l'armée russe se réservait "le droit de riposter", le président russe a expliqué que la réaction russe consisterait à renforcer les défenses de son armée déployée en Syrie. "Ce seront des mesures que tout le monde remarquera", a-t-il assuré sans donner plus de détails. (Belga)