Cette mesure, qui vise à détecter plus rapidement cette maladie qui touche un enfant sur 3.000 en Belgique, fait suite à une décision conjointe prise l'an dernier par tous les ministres de la Santé du pays.

A l'heure actuelle, une prise de sang (appelée test de Guthrie) est déjà proposée chez tous les nouveau-nés entre le 3e et 5e jour de vie afin de dépister une série d'anomalies et maladies invisibles au moment de la naissance. La mucoviscidose sera donc rajoutée à ce programme dorénavant.

La Fédération Wallonie-Bruxelles financera ce test précoce de la mucoviscidose (test TIR ou test de première intention). Les tests de confirmation suivants seront, eux, à charge de l'INAMI (test ADN).

Avec un coût unitaire de 5 euros par enfant, le coût global de cette décision devrait tourner autour des 300.000 euros par an pour la Fédération Wallonie-Bruxelles.

"Une prise en charge précoce de la mucoviscidose, idéalement avant les 2 mois de l'enfant, permet de démarrer rapidement des soins spécialisés avant l'apparition des symptômes. On évite ainsi des complications et cela participe à augmenter l'espérance de vie des malades", se réjouit Bénédicte Linard, ministre de la Santé et de l'Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles.

La mucoviscidose est une maladie héréditaire grave. Elle entraîne chez les personnes affectées une augmentation de la viscosité du mucus qui tapisse et humidifie certains de leurs organes. Moins fluide, ce mucus s'accumule généralement dans les voies respiratoires et digestives.

L'espérance de vie des personnes atteintes tourne aujourd'hui autour de 40 à 50 ans.

Cette mesure, qui vise à détecter plus rapidement cette maladie qui touche un enfant sur 3.000 en Belgique, fait suite à une décision conjointe prise l'an dernier par tous les ministres de la Santé du pays. A l'heure actuelle, une prise de sang (appelée test de Guthrie) est déjà proposée chez tous les nouveau-nés entre le 3e et 5e jour de vie afin de dépister une série d'anomalies et maladies invisibles au moment de la naissance. La mucoviscidose sera donc rajoutée à ce programme dorénavant. La Fédération Wallonie-Bruxelles financera ce test précoce de la mucoviscidose (test TIR ou test de première intention). Les tests de confirmation suivants seront, eux, à charge de l'INAMI (test ADN). Avec un coût unitaire de 5 euros par enfant, le coût global de cette décision devrait tourner autour des 300.000 euros par an pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Une prise en charge précoce de la mucoviscidose, idéalement avant les 2 mois de l'enfant, permet de démarrer rapidement des soins spécialisés avant l'apparition des symptômes. On évite ainsi des complications et cela participe à augmenter l'espérance de vie des malades", se réjouit Bénédicte Linard, ministre de la Santé et de l'Enfance en Fédération Wallonie-Bruxelles. La mucoviscidose est une maladie héréditaire grave. Elle entraîne chez les personnes affectées une augmentation de la viscosité du mucus qui tapisse et humidifie certains de leurs organes. Moins fluide, ce mucus s'accumule généralement dans les voies respiratoires et digestives. L'espérance de vie des personnes atteintes tourne aujourd'hui autour de 40 à 50 ans.