La crise des migrants que traverse l'Europe "révèle notamment que toutes les politiques de migration et d'asile qui prétendent maîtriser la mobilité des humains sont vouées à l'échec", affirme le CAL dans son communiqué. Pour le centre, ces politiques "nient la dignité des êtres humains qui cherchent à fuir des situations insupportables, (...) attisent les tensions et alimentent la méfiance et l'hostilité réciproques entre les peuples et les individus" ou encore "sont tout simplement déshonorantes pour tous". Le CAL plaide pour "une politique qui accompagne, encadre et garantit des conditions dignes aux personnes plongées dans la réalité du phénomène migratoire". Pour le centre, la seule politique respectueuse de ses valeurs et conforme à la réalité est la liberté de circulation pour tous, "encadrée et protégée par des garanties sérieuses". Une liberté "assortie du principe d'égalité des droits, de traitement, de devoirs et de participation". La mise en ?uvre de cette politique impliquerait notamment la suppression des centres fermés et des retours forcés, un droit de séjour automatique pour une certaine durée, la suppression des visas... Le système social, l'organisation et le droit du travail, la fiscalité, le commerce international... devraient être réformés. "Les gouvernements et la société civile ont le devoir d'accompagner et de rendre compréhensibles et légitimes cette évolution dictée par l'intérêt général et le respect des principes fondamentaux sur lesquels est fondée notre société ouverte, démocratique et soucieuse des droits de l'Homme", estime le CAL. C'est pourquoi il lance le débat, tout d'abord à Liège, en collaboration avec la Cité Miroir qui proposera six expositions. Des visites guidées et des animations sont également prévues jusqu'au 10 décembre. (Belga)

La crise des migrants que traverse l'Europe "révèle notamment que toutes les politiques de migration et d'asile qui prétendent maîtriser la mobilité des humains sont vouées à l'échec", affirme le CAL dans son communiqué. Pour le centre, ces politiques "nient la dignité des êtres humains qui cherchent à fuir des situations insupportables, (...) attisent les tensions et alimentent la méfiance et l'hostilité réciproques entre les peuples et les individus" ou encore "sont tout simplement déshonorantes pour tous". Le CAL plaide pour "une politique qui accompagne, encadre et garantit des conditions dignes aux personnes plongées dans la réalité du phénomène migratoire". Pour le centre, la seule politique respectueuse de ses valeurs et conforme à la réalité est la liberté de circulation pour tous, "encadrée et protégée par des garanties sérieuses". Une liberté "assortie du principe d'égalité des droits, de traitement, de devoirs et de participation". La mise en ?uvre de cette politique impliquerait notamment la suppression des centres fermés et des retours forcés, un droit de séjour automatique pour une certaine durée, la suppression des visas... Le système social, l'organisation et le droit du travail, la fiscalité, le commerce international... devraient être réformés. "Les gouvernements et la société civile ont le devoir d'accompagner et de rendre compréhensibles et légitimes cette évolution dictée par l'intérêt général et le respect des principes fondamentaux sur lesquels est fondée notre société ouverte, démocratique et soucieuse des droits de l'Homme", estime le CAL. C'est pourquoi il lance le débat, tout d'abord à Liège, en collaboration avec la Cité Miroir qui proposera six expositions. Des visites guidées et des animations sont également prévues jusqu'au 10 décembre. (Belga)