Comme annoncé, le chef de l'État a successivement rencontré mardi après-midi les co-présidents d'Ecolo, le président du cdH, Maxime Prévot, puis Conner Rousseau, président des socialistes flamands, et enfin François Desmet, le nouveau président de DéFI. Dans la matinée, il avait déjà rencontré Bart De Wever (N-VA), le CD&V et Groen. Avec ces audiences, le Roi boucle deux jours de consultations des formations politiques qui pourraient participer à une éventuelle nouvelle majorité fédérale. A leur sortie mardi après-midi, ces leaders étaient plutôt avares en commentaires. "On a dit au Roi qu'il était temps d'avancer", a brièvement confié la co-présidente des Verts, Rajae Maouane. "Ca fait un an que le gouvernement (fédéral) est tombé. On n'a plus de temps à perdre". Avec la fin de ces consultations, les observateurs étaient mardi soir dans l'attente d'une décision du Palais quant à la désignation d'une autre personnalité pour une nouvelle mission royale. Les spéculations allaient bon train pour savoir qui de Bart De Wever ou de Koen Geens, voire un libéral flamand, pourrait à présent être désigné. Interrogé en début de soirée sur la Première, le président du cdH Maxime Prévot a toutefois estimé que la désignation du président de la N-VA ne serait pas "le scénario le plus favorable pour apaiser la situation", a-t-il commenté, dénonçant ses récents propos "totalement inélégants et méprisants vis-à-vis des francophones". "Je ne vois pas en quoi charger Bart De Wever d'une mission pourrait contribuer à trouver une issue". Tout en écartant Bart De Wever, le chef des centristes a estimé qu'il serait logique que le souverain désigne à présent une personnalité flamande pour poursuivre le travail de rapprochement en vue d'une nouvelle majorité fédérale. M. Prévot n'a toutefois cité aucun nom. (Belga)

Comme annoncé, le chef de l'État a successivement rencontré mardi après-midi les co-présidents d'Ecolo, le président du cdH, Maxime Prévot, puis Conner Rousseau, président des socialistes flamands, et enfin François Desmet, le nouveau président de DéFI. Dans la matinée, il avait déjà rencontré Bart De Wever (N-VA), le CD&V et Groen. Avec ces audiences, le Roi boucle deux jours de consultations des formations politiques qui pourraient participer à une éventuelle nouvelle majorité fédérale. A leur sortie mardi après-midi, ces leaders étaient plutôt avares en commentaires. "On a dit au Roi qu'il était temps d'avancer", a brièvement confié la co-présidente des Verts, Rajae Maouane. "Ca fait un an que le gouvernement (fédéral) est tombé. On n'a plus de temps à perdre". Avec la fin de ces consultations, les observateurs étaient mardi soir dans l'attente d'une décision du Palais quant à la désignation d'une autre personnalité pour une nouvelle mission royale. Les spéculations allaient bon train pour savoir qui de Bart De Wever ou de Koen Geens, voire un libéral flamand, pourrait à présent être désigné. Interrogé en début de soirée sur la Première, le président du cdH Maxime Prévot a toutefois estimé que la désignation du président de la N-VA ne serait pas "le scénario le plus favorable pour apaiser la situation", a-t-il commenté, dénonçant ses récents propos "totalement inélégants et méprisants vis-à-vis des francophones". "Je ne vois pas en quoi charger Bart De Wever d'une mission pourrait contribuer à trouver une issue". Tout en écartant Bart De Wever, le chef des centristes a estimé qu'il serait logique que le souverain désigne à présent une personnalité flamande pour poursuivre le travail de rapprochement en vue d'une nouvelle majorité fédérale. M. Prévot n'a toutefois cité aucun nom. (Belga)