A l'origine de ce boom: des conditions météo particulièrement propices, couplées à une hausse de la superficie actuellement en production (environ 148 hectares).

Quant à la qualité du vin produit, "elle est au sommet, tant au niveau du sucre que de l'acidité", souligne Pierre Rion, le président de l'association des vignerons de Wallonie, selon qui une dérogation va devoir être demandée au ministre wallon de l'Agriculture, René Collin, "pour pouvoir bénéficier des appellations".

"Nous sommes en effet de manière générale à plus de 60 hectolitres par hectare en moyenne, ce qui est au-delà des normes fixées par décret, notamment en ce qui concerne l'AOP de vin wallon", explique M. Rion.

A l'origine de ce boom: des conditions météo particulièrement propices, couplées à une hausse de la superficie actuellement en production (environ 148 hectares). Quant à la qualité du vin produit, "elle est au sommet, tant au niveau du sucre que de l'acidité", souligne Pierre Rion, le président de l'association des vignerons de Wallonie, selon qui une dérogation va devoir être demandée au ministre wallon de l'Agriculture, René Collin, "pour pouvoir bénéficier des appellations". "Nous sommes en effet de manière générale à plus de 60 hectolitres par hectare en moyenne, ce qui est au-delà des normes fixées par décret, notamment en ce qui concerne l'AOP de vin wallon", explique M. Rion.