"Le retour à une situation normale dans le secteur artistique ne semble pas envisageable rapidement. Afin de ne pas pénaliser les travailleurs du secteur, qui ont déjà énormément de mal à obtenir et parfois conserver le statut d'artiste, cette période blanche aura cours du 13 mars au 31 décembre. Elle permet de soutenir les artistes et techniciens, qui n'ont pas pu travailler normalement avec la crise sanitaire", a expliqué la députée Ludivine Dedonder (PS). Le texte permet également aux artistes de bénéficier de leurs droits d'auteur et des allocations liées au statut d'artiste. "C'est une avancée très importante puisque, jusqu'à présent, les artistes ne pouvaient pas cumuler leurs allocations de chômage avec les revenus tirés de leurs prestations artistiques. Par exemple, si un peintre vendait une toile terminée il y a deux ans, il pouvait perdre son allocation, le plafond étant fixé à 4.500 euros par an. Désormais, le montant des allocations de chômage ne sera plus diminué", a ajouté la députée. Lundi après-midi, la Première ministre, Sophie Wilmès, a quant à elle reçu une délégation de treize représentants du secteur de la culture issus de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles en compagnie de sept ministres fédéraux et communautaires. Plusieurs revendications ont été exprimées, dont celle d'une "période blanche". La délégation du secteur a appelé à reconnaître la précarité des artistes, auteurs, dont une grande partie travaille avec des contrats temporaires. "Après plus de onze semaines d'interruption d'activités, seul un petit nombre de personnes accède au chômage temporaire pour les projets annulés par la crise", indique un communiqué envoyé par la délégation du secteur. La reprise des activités culturelles a également été évoquée. "Le gouvernement veut éviter une deuxième vague de Corona, c'est pourquoi il ne s'est pas engagé aujourd'hui à fixer un calendrier précis pour la relance du secteur. La Première ministre a promis de prendre contact avec le Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES) et de s'assurer une participation plus directe du secteur artistique aux plans de relance stratégiques pour notre économie et notre société", ajoute le communiqué. (Belga)

"Le retour à une situation normale dans le secteur artistique ne semble pas envisageable rapidement. Afin de ne pas pénaliser les travailleurs du secteur, qui ont déjà énormément de mal à obtenir et parfois conserver le statut d'artiste, cette période blanche aura cours du 13 mars au 31 décembre. Elle permet de soutenir les artistes et techniciens, qui n'ont pas pu travailler normalement avec la crise sanitaire", a expliqué la députée Ludivine Dedonder (PS). Le texte permet également aux artistes de bénéficier de leurs droits d'auteur et des allocations liées au statut d'artiste. "C'est une avancée très importante puisque, jusqu'à présent, les artistes ne pouvaient pas cumuler leurs allocations de chômage avec les revenus tirés de leurs prestations artistiques. Par exemple, si un peintre vendait une toile terminée il y a deux ans, il pouvait perdre son allocation, le plafond étant fixé à 4.500 euros par an. Désormais, le montant des allocations de chômage ne sera plus diminué", a ajouté la députée. Lundi après-midi, la Première ministre, Sophie Wilmès, a quant à elle reçu une délégation de treize représentants du secteur de la culture issus de Flandre, de Wallonie et de Bruxelles en compagnie de sept ministres fédéraux et communautaires. Plusieurs revendications ont été exprimées, dont celle d'une "période blanche". La délégation du secteur a appelé à reconnaître la précarité des artistes, auteurs, dont une grande partie travaille avec des contrats temporaires. "Après plus de onze semaines d'interruption d'activités, seul un petit nombre de personnes accède au chômage temporaire pour les projets annulés par la crise", indique un communiqué envoyé par la délégation du secteur. La reprise des activités culturelles a également été évoquée. "Le gouvernement veut éviter une deuxième vague de Corona, c'est pourquoi il ne s'est pas engagé aujourd'hui à fixer un calendrier précis pour la relance du secteur. La Première ministre a promis de prendre contact avec le Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES) et de s'assurer une participation plus directe du secteur artistique aux plans de relance stratégiques pour notre économie et notre société", ajoute le communiqué. (Belga)