Une nouvelle série d'auditions a eu lieu, des cinq suspects interpellés. Seuls deux d'entre eux sont désormais maintenus en détention, indique le parquet d'Anvers. Il s'agit des jeunes hommes de 19 et 20 ans. Les trois autres, âgés de 21, 24 et 34 ans, ont été remis en liberté par le juge d'instruction, par mainlevée du mandat d'arrêt.

"Sur base des déclarations, il y a davantage de clarté sur le rôle et la participation potentiels de chaque suspect", indique le parquet.

Le petit garçon, de nationalités palestinienne et libanaise, était hébergé au centre Fedasil avec sa mère. Il avait disparu le lundi 22 avril au soir, avant d'être retrouvé deux jours plus tard, mort, dans un fossé sur le terrain du centre. Cinq personnes, suspectées d'enlèvement et d'assassinat, avaient été ensuite interpellées et placées en détention préventive.

Il n'y a toujours que peu de clarté au sujet du décès. Des proches de la petite victime ont déclaré à des médias avoir fait l'objet d'un chantage, affirmant avoir reçu un message réclamant 100.000 euros pour récupérer l'enfant en vie. Le parquet ne souhaite pas, dans l'intérêt de l'enquête, commenter ces éléments. Il confirme en revanche que les faits ne sont pas seulement qualifiés d'assassinat mais aussi d'enlèvement.