Il a été mis en cause vendredi pour avoir promis à la pseudo-nièce d'un oligarque russe des marchés publics en échange d'un soutien financier selon des affirmations de presse qui ont déclenché un tollé. Après ces révélations des médias allemands Süddeutsche Zeitung et Der Spiegel, les principaux partis d'opposition avaient demandé la démission du numéro deux du gouvernement dirigé par Sebastian Kurz, chef du parti conservateur qui gouverne avec l'extrême droite depuis fin 2017. (Belga)