Lundi, la KULeuven a annoncé que sept étudiants avaient été sanctionnés à l'issue d'une nouvelle enquête disciplinaire, adoptant une sanction plus lourde, mais les étudiants ont fait appel. En 2019, une même procédure avait déjà eu lieu. D'après les informations disponibles à l'époque, les élèves impliqués ont reçu une peine de travail communautaire et ont dû rédiger un document. De nombreuses critiques, émanant de divers milieux, ont été formulées à l'encontre de la première série de mesures disciplinaires jugées trop légères. La KULeuven s'est ensuite constituée partie civile dans le dossier Reuzegom et a ainsi eu accès au dossier pénal. "Sur la base de nouveaux éléments dans le dossier que la KULeuven a pu examiner, l'université a décidé qu'aucune nouvelle sanction n'était nécessaire à l'encontre de mon client dans le cadre de cette seconde procédure disciplinaire" lancée en septembre dernier, a indiqué l'avocat Kris Luyckx. "Avec les nouvelles sanctions, nous pensons que la prise de conscience au sein de la KULeuven s'est accrue alors qu'en décembre 2018 on parlait davantage d'un accident regrettable ou d'une négligence. Nous espérons en outre que les universités, et pas seulement la KULeuven, prendront des mesures structurelles contre ces cercles étudiants", a pour sa part expliqué l'avocat Jan Fermon, l'un des conseils de la mère de Sanda Dia. (Belga)

Lundi, la KULeuven a annoncé que sept étudiants avaient été sanctionnés à l'issue d'une nouvelle enquête disciplinaire, adoptant une sanction plus lourde, mais les étudiants ont fait appel. En 2019, une même procédure avait déjà eu lieu. D'après les informations disponibles à l'époque, les élèves impliqués ont reçu une peine de travail communautaire et ont dû rédiger un document. De nombreuses critiques, émanant de divers milieux, ont été formulées à l'encontre de la première série de mesures disciplinaires jugées trop légères. La KULeuven s'est ensuite constituée partie civile dans le dossier Reuzegom et a ainsi eu accès au dossier pénal. "Sur la base de nouveaux éléments dans le dossier que la KULeuven a pu examiner, l'université a décidé qu'aucune nouvelle sanction n'était nécessaire à l'encontre de mon client dans le cadre de cette seconde procédure disciplinaire" lancée en septembre dernier, a indiqué l'avocat Kris Luyckx. "Avec les nouvelles sanctions, nous pensons que la prise de conscience au sein de la KULeuven s'est accrue alors qu'en décembre 2018 on parlait davantage d'un accident regrettable ou d'une négligence. Nous espérons en outre que les universités, et pas seulement la KULeuven, prendront des mesures structurelles contre ces cercles étudiants", a pour sa part expliqué l'avocat Jan Fermon, l'un des conseils de la mère de Sanda Dia. (Belga)