"C'est la responsabilité des autorités d'apporter des solutions. Et rappelons-nous que la Belgique est signataire de la Convention des droits de l'enfant et qu'il faut mettre son intérêt en premier plan. Pour ces mineurs non accompagnés, nous demandons une prise en charge immédiate et adaptée. C'est-à-dire: un toit, de la nourriture, un accès aux soins de santé et un lieu d'accueil sanctuarisé et bienveillant qui leur permette de faire un choix sur leur avenir de manière informée et posée", ajoute Médecins du Monde. "Ce dont il est question aujourd'hui, c'est d'abord de la protection d'enfants livrés à eux-mêmes dans les rues bruxelloises, avant d'être une question migratoire. Nous demandons des mécanismes adaptés pour l'accueil de ces enfants, qui ne sont pas ceux en place actuellement", poursuit l'organisation. Lundi, SOS Jeunes/Quartier libre AMO, Médecins sans frontières, Médecins du monde et la plateforme citoyenne Bxl Refugees ont lancé un cri d'alerte. Ces organisations estiment que les mineurs étrangers non accompagnés (Mena) sont de plus en plus nombreux à être livrés à eux-même dans les rues de la capitale. Selon les quatre organisations, les moyens qui permettraient d'accueillir ces jeunes manquent drastiquement. (Belga)

"C'est la responsabilité des autorités d'apporter des solutions. Et rappelons-nous que la Belgique est signataire de la Convention des droits de l'enfant et qu'il faut mettre son intérêt en premier plan. Pour ces mineurs non accompagnés, nous demandons une prise en charge immédiate et adaptée. C'est-à-dire: un toit, de la nourriture, un accès aux soins de santé et un lieu d'accueil sanctuarisé et bienveillant qui leur permette de faire un choix sur leur avenir de manière informée et posée", ajoute Médecins du Monde. "Ce dont il est question aujourd'hui, c'est d'abord de la protection d'enfants livrés à eux-mêmes dans les rues bruxelloises, avant d'être une question migratoire. Nous demandons des mécanismes adaptés pour l'accueil de ces enfants, qui ne sont pas ceux en place actuellement", poursuit l'organisation. Lundi, SOS Jeunes/Quartier libre AMO, Médecins sans frontières, Médecins du monde et la plateforme citoyenne Bxl Refugees ont lancé un cri d'alerte. Ces organisations estiment que les mineurs étrangers non accompagnés (Mena) sont de plus en plus nombreux à être livrés à eux-même dans les rues de la capitale. Selon les quatre organisations, les moyens qui permettraient d'accueillir ces jeunes manquent drastiquement. (Belga)