"L'invitation tardive qui nous a été adressée suite à la volonté formulée par le CD&V, et je l'en remercie, ne répond à aucune logique mathématique vu que les francophones sont en nombre suffisant pour constituer une majorité, et cette invitation ne répond pas non plus à un souhait politique partagé par d'autres partis", a expliqué M. Prevot, dans une déclaration faite au nouveau siège du parti, à Bruxelles. Selon le président du cdH, "si tous saluent la correction qui est la nôtre et la plus-value que le cdH serait susceptible d'apporter dans la défense des intérêts du monde judiciaire, de la police, des soins de santé, de la qualité de vie, du soutien aux gens qui bossent et aux entreprises, ou en faveur de la cause environnementale, les autres partis ne sont pas enclins à nous associer comme partenaire à part entière du futur attelage gouvernemental". "Aucun des trois partis francophones que j'ai questionnés de manière claire et sans ambiguïté, ne nous offre la garantie de pouvoir participer au gouvernement. Ils ne souhaitent pas nous faire monter sur le terrain", a-t-il précisé. (Belga)

"L'invitation tardive qui nous a été adressée suite à la volonté formulée par le CD&V, et je l'en remercie, ne répond à aucune logique mathématique vu que les francophones sont en nombre suffisant pour constituer une majorité, et cette invitation ne répond pas non plus à un souhait politique partagé par d'autres partis", a expliqué M. Prevot, dans une déclaration faite au nouveau siège du parti, à Bruxelles. Selon le président du cdH, "si tous saluent la correction qui est la nôtre et la plus-value que le cdH serait susceptible d'apporter dans la défense des intérêts du monde judiciaire, de la police, des soins de santé, de la qualité de vie, du soutien aux gens qui bossent et aux entreprises, ou en faveur de la cause environnementale, les autres partis ne sont pas enclins à nous associer comme partenaire à part entière du futur attelage gouvernemental". "Aucun des trois partis francophones que j'ai questionnés de manière claire et sans ambiguïté, ne nous offre la garantie de pouvoir participer au gouvernement. Ils ne souhaitent pas nous faire monter sur le terrain", a-t-il précisé. (Belga)