Aujourd'hui, alors que la SNCB devrait disposer de 58 nouvelles voitures, les quatre premières ne sont pas attendues avant fin 2019, et 48 autres pour le premier semestre 2020. L'"effet" qualitatif de l'arrivée de ces voitures ne se fera donc pas avant fin 2020. Il semble que les retards soient notamment dus à des problèmes d'homologation, notamment pour des soucis de roulement et de freinage. Tant qu'ils ne sont pas résolus et que le processus industriel ne peut pas entrer en production "normale", le délai peut encore s'allonger. Jusqu'ici, Alstom-Bombardier assure que le retard du départ sera comblé en cours de production. Le retard opérationnel empêche évidemment la SNCB d'étendre son offre mais aussi de retirer le plus vieux matériel moins confortable et d'améliorer la fiabilité moyenne du matériel roulant et, indirectement, la ponctualité. (Belga)