Ces personnes ont été tuées lorsque des projectiles se sont abattus sur un convoi du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires majoritairement pro-Iran désormais intégrés à l'Etat irakien, ont expliqué ces responsables sous le couvert de l'anonymat. Avant, le commandement militaire irakien avait annoncé que "trois roquettes se sont abattues sur l'aéroport international de Bagdad près de la salle de fret aérien, faisant exploser deux voitures". L'Irak, pris en étau entre ses alliés américain et iranien depuis des années, a été ces dernières semaines le théâtre d'une escalade qui menace de faire du pays un terrain d'affrontement interposé pour les deux puissances agissantes sur son sol. Une dizaine d'attaques à la roquette ont visé depuis fin octobre des soldats et des diplomates américains, tuant il y a une semaine un sous-traitant américain. Dimanche soir, Washington, qui accuse les factions pro-Iran du Hachd al-Chaabi d'être derrière ces attaques non revendiquées, a répondu en bombardant des bases de l'une d'elles près de la frontière syrienne, faisant 25 morts. Mardi, une foule de combattants et de partisans des pro-Iran attaquaient l'ambassade américaine à Bagdad, un épisode de violence inédit qui s'est terminé mercredi avec le retrait de ces hommes de l'ultra-sécurisée Zone verte de Bagdad où se trouve l'ambassade, sur ordre du Hachd. (Belga)

Ces personnes ont été tuées lorsque des projectiles se sont abattus sur un convoi du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires majoritairement pro-Iran désormais intégrés à l'Etat irakien, ont expliqué ces responsables sous le couvert de l'anonymat. Avant, le commandement militaire irakien avait annoncé que "trois roquettes se sont abattues sur l'aéroport international de Bagdad près de la salle de fret aérien, faisant exploser deux voitures". L'Irak, pris en étau entre ses alliés américain et iranien depuis des années, a été ces dernières semaines le théâtre d'une escalade qui menace de faire du pays un terrain d'affrontement interposé pour les deux puissances agissantes sur son sol. Une dizaine d'attaques à la roquette ont visé depuis fin octobre des soldats et des diplomates américains, tuant il y a une semaine un sous-traitant américain. Dimanche soir, Washington, qui accuse les factions pro-Iran du Hachd al-Chaabi d'être derrière ces attaques non revendiquées, a répondu en bombardant des bases de l'une d'elles près de la frontière syrienne, faisant 25 morts. Mardi, une foule de combattants et de partisans des pro-Iran attaquaient l'ambassade américaine à Bagdad, un épisode de violence inédit qui s'est terminé mercredi avec le retrait de ces hommes de l'ultra-sécurisée Zone verte de Bagdad où se trouve l'ambassade, sur ordre du Hachd. (Belga)