Le drame s'est produit dans un quartier de cette ville située à quelque 300 km au nord-ouest de Yaoundé. Un pan d'une colline sur laquelle étaient bâties des habitations précaires a été emporté à la suite de deux journées consécutives de pluies intenses et incessantes, a expliqué, sous couvert de l'anonymat, un haut responsable de l'administration de la région de l'Ouest, dont Bafoussam est le chef-lieu. "Les habitations qui se sont effondrées sont construites à flanc de colline dans une zone à risques", a précisé le responsable administratif. La saison des pluies sévit en ce moment dans l'ouest du Cameroun mais c'est quasiment l'ensemble de l'Afrique centrale qui est en proie, ces derniers jours, à des précipitations d'une très forte intensité. "Les recherches se poursuivent. Nous craignons qu'il y ait d'autres morts", a ajouté le responsable administratif. Selon la radio, quatre femmes enceintes figurent aussi parmi les personnes décédées. Des photos circulant sur les réseaux sociaux montrent des maisons en briquettes ou en torchis, et aux toits de tôle, effondrées sur le flanc ou au bas d'une colline de terre ocre rouge. Des hommes munis de casques de chantier et de pelles fouillent la boue épaisse en contrebas. Dans cette région de l'Ouest, ce type d'éboulement reste relativement exceptionnel, mais les glissements de terrain dus aux intempéries ne sont pas rares plus dans le Sud, notamment dans la région anglophone du Sud-Ouest. C'est là, dans la station balnéaire côtière de Limbé, que cinq personnes avaient trouvé la mort le 25 juillet 2018 dans des éboulements provoqués par les inondations. (Belga)