"Nous avons maintenant 400 blessés et 234 morts" depuis vendredi dernier, a déclaré à l'AFP Soumaya Beltifa en référence aux combats entre les rebelles Houthis et leurs anciens alliés et adversaires, les partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh qui a lui-même été tué lundi. Les premiers incidents ont éclaté mercredi dernier lorsque des rebelles Houthis ont voulu prendre le contrôle de la mosquée Saleh, la plus grande du Yémen, située au centre de Sanaa. Des gardes de la mosquée, des pro-Saleh, s'y sont opposés et de violents combats ont ensuite gagné différents quartiers de la capitale. Ils ont diminué d'intensité lundi avec la mort de l'ex-président Saleh, tué par des rebelles Houthis au sud de Sanaa. (Belga)

"Nous avons maintenant 400 blessés et 234 morts" depuis vendredi dernier, a déclaré à l'AFP Soumaya Beltifa en référence aux combats entre les rebelles Houthis et leurs anciens alliés et adversaires, les partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh qui a lui-même été tué lundi. Les premiers incidents ont éclaté mercredi dernier lorsque des rebelles Houthis ont voulu prendre le contrôle de la mosquée Saleh, la plus grande du Yémen, située au centre de Sanaa. Des gardes de la mosquée, des pro-Saleh, s'y sont opposés et de violents combats ont ensuite gagné différents quartiers de la capitale. Ils ont diminué d'intensité lundi avec la mort de l'ex-président Saleh, tué par des rebelles Houthis au sud de Sanaa. (Belga)