L'ex-Creyfs Intérim a obtenu de la Commission la gestion des contrats des très nombreux intérimaires qu'elle emploie. Dès 15 heures, elle a transmis à ceux-ci ses dispositions, "au regard des douloureux événements de ce jour". Elles sont extrêmement prévenantes : "En ce qui concerne les prestations de ce jour, les dispositions de l'art. II.11.3 du contrat-cadre prévoit (sic) qu'en cas de force majeure, le droit au paiement se limite aux prestations effectivement prestées (re-sic)", peut-on notamment lire dans le mail envoyé aux intérimaires.

Bref : si vous n'avez pas travaillé ce jour-là, tant pis pour vous. "En cet instant, nos pensées vont aux victimes et à leurs proches", conclut tout de même le courrier de Start People. L'agence, elle, a aussi pensé à ne pas se vider les poches. Un réflexe de survie, sans doute.