Abdelhamid Abaaoud, un Belge de 27 ans d'origine marocaine, a été identifié par les médias comme le cerveau présumé des attentats déjoués jeudi contre la police en Belgique, après l'assaut mené contre une planque dans lequel deux hommes sont morts à Verviers.

Pour formellement identifier les suspects, la police antiterroriste grecque doit envoyer leurs empreintes digitales et des échantillons d'ADN aux autorités belges, selon une source policière.

Les arrestations se sont déroulées en milieu de journée dans un quartier central d'Athènes, à Pangrati. Des téléphones portables ont été saisis.

Abdelhamid Abaaoud, qui dirigeait et finançait la cellule depuis la Grèce où son téléphone avait été localisé, a combattu dans les rangs du groupe Etat islamique en Syrie, selon les médias belges.

Il apparaît notamment dans une vidéo où l'EI se vante de commettre des atrocités, s'adressant goguenard à la caméra alors qu'il conduit un véhicule qui tire des cadavres mutilés vers une fosse commune. Il s'est également illustré en faisant venir son petit frère de 13 ans en Syrie. Les photos du garçon, posant des armes à la main, avaient été publiées l'été dernier dans la presse belge et certains journaux anglais l'avaient désigné comme le plus jeune djihadiste de l'EI.

Abdelhamid Abaaoud, un Belge de 27 ans d'origine marocaine, a été identifié par les médias comme le cerveau présumé des attentats déjoués jeudi contre la police en Belgique, après l'assaut mené contre une planque dans lequel deux hommes sont morts à Verviers. Pour formellement identifier les suspects, la police antiterroriste grecque doit envoyer leurs empreintes digitales et des échantillons d'ADN aux autorités belges, selon une source policière. Les arrestations se sont déroulées en milieu de journée dans un quartier central d'Athènes, à Pangrati. Des téléphones portables ont été saisis. Abdelhamid Abaaoud, qui dirigeait et finançait la cellule depuis la Grèce où son téléphone avait été localisé, a combattu dans les rangs du groupe Etat islamique en Syrie, selon les médias belges. Il apparaît notamment dans une vidéo où l'EI se vante de commettre des atrocités, s'adressant goguenard à la caméra alors qu'il conduit un véhicule qui tire des cadavres mutilés vers une fosse commune. Il s'est également illustré en faisant venir son petit frère de 13 ans en Syrie. Les photos du garçon, posant des armes à la main, avaient été publiées l'été dernier dans la presse belge et certains journaux anglais l'avaient désigné comme le plus jeune djihadiste de l'EI.