Ce rapport révèle notamment que la Sûreté de l'Etat n'avait aucune information provenant d'une "source humaine" sur les frères Abdeslam. Le service était cependant en possession de renseignements concernant Abdelhamid Abaaoud principalement, mais aussi Mohamed Abrini, Bilal Hadfi et Mohamed Aggad. Ces informations provenaient pour 90% d'un petit nombre d'indicateurs. "La Sûreté de l'Etat a fait savoir qu'il est particulièrement difficile de recruter et de 'gérer' un informateur dans le milieu djihadiste. Il est nécessaire de rechercher en permanence de nouvelles sources", souligne le rapport. (Belga)

Ce rapport révèle notamment que la Sûreté de l'Etat n'avait aucune information provenant d'une "source humaine" sur les frères Abdeslam. Le service était cependant en possession de renseignements concernant Abdelhamid Abaaoud principalement, mais aussi Mohamed Abrini, Bilal Hadfi et Mohamed Aggad. Ces informations provenaient pour 90% d'un petit nombre d'indicateurs. "La Sûreté de l'Etat a fait savoir qu'il est particulièrement difficile de recruter et de 'gérer' un informateur dans le milieu djihadiste. Il est nécessaire de rechercher en permanence de nouvelles sources", souligne le rapport. (Belga)