L'atelier de confection des bombes a été découvert dès le 9 décembre par les enquêteurs. Ces derniers ont trouvé des traces d'explosifs TATP ainsi que trois ceintures cousues à la main et qui auraient pu être employées pour transporter des charges explosives. Une empreinte digitale de Salah Abdeslam a également été découverte sur les lieux. Les détonateurs auraient été ajoutés aux dispositifs explosifs dans un hôtel à proximité de Paris (Alfortville), où Salah Abdeslam avait réservé deux chambres. Le parquet fédéral n'a pas voulu commenter ces informations, indique De Standaard. (Belga)

L'atelier de confection des bombes a été découvert dès le 9 décembre par les enquêteurs. Ces derniers ont trouvé des traces d'explosifs TATP ainsi que trois ceintures cousues à la main et qui auraient pu être employées pour transporter des charges explosives. Une empreinte digitale de Salah Abdeslam a également été découverte sur les lieux. Les détonateurs auraient été ajoutés aux dispositifs explosifs dans un hôtel à proximité de Paris (Alfortville), où Salah Abdeslam avait réservé deux chambres. Le parquet fédéral n'a pas voulu commenter ces informations, indique De Standaard. (Belga)