Des perquisitions ont été menées au domicile de la famille de Chakib Akrouh à Molenbeek vendredi, mais la probabilité d'y trouver quelque chose d'exploitable était mince à la suite des fuites, selon le parquet.

Chakib Akrouh a été identifié sur la base d'images dans le métro parisien le 13 novembre, le montrant en compagnie d'Abdelhamid Abaaoud, et grâce à une comparaison entre l'ADN de sa mère et des échantillons prélevés sur les lieux de l'explosion à Saint-Denis.

"Le parquet de Paris a fait tout pour nous tenir au courant en temps opportun, mais le mal était entre-temps fait", ajoute le parquet. Les enquêteurs belges auraient pu récolter des informations utiles auprès de l'entourage de Chakib Akrouh, mais les chances sont à présent minces en raison de la divulgation de son identité.

"Nous avons rapidement lancé des perquisitions aujourd'hui, mais la probabilité que cela mène à une impasse est grande", conclut le parquet fédéral.