L'élu du Queensland (nord-est de l'Australie) Fraser Anning a provoqué une levée de boucliers vendredi dans la foulée de l'attaque de mosquées qui a fait 49 morts à Christchurch, en imputant ce carnage au "programme d'immigration ayant permis à des fanatiques musulmans d'immigrer en Nouvelle-Zélande". "Soyons clairs, si les musulmans sont aujourd'hui les victimes, ils sont généralement les auteurs", a-t-il écrit dans un communiqué. "La religion musulmane est simplement l'idéologie violente d'un despote du VIème siècle se déguisant en leader religieux." Lors d'une conférence de presse samedi à Melbourne, un jeune homme dont l'identité est inconnue a lancé un ?uf sur le sénateur, qui a riposté en frappant plusieurs fois ce dernier au visage, avant d'être maîtrisé, vraisemblablement par un agent de sécurité. Le Premier ministre Scott Morrison a jugé "consternante" la déclaration du sénateur, affirmant qu'elle n'avait "pas sa place en Australie". Fraser Anning a plusieurs fois été l'auteur de déclarations racistes. Il avait ainsi suscité un tollé en août pour avoir préconisé une "solution finale" -en l'occurrence un vote populaire- au "problème de l'immigration" et a recommandé un retour à l'ancienne politique discriminatoire dite de "l'Australie blanche". (Belga)

L'élu du Queensland (nord-est de l'Australie) Fraser Anning a provoqué une levée de boucliers vendredi dans la foulée de l'attaque de mosquées qui a fait 49 morts à Christchurch, en imputant ce carnage au "programme d'immigration ayant permis à des fanatiques musulmans d'immigrer en Nouvelle-Zélande". "Soyons clairs, si les musulmans sont aujourd'hui les victimes, ils sont généralement les auteurs", a-t-il écrit dans un communiqué. "La religion musulmane est simplement l'idéologie violente d'un despote du VIème siècle se déguisant en leader religieux." Lors d'une conférence de presse samedi à Melbourne, un jeune homme dont l'identité est inconnue a lancé un ?uf sur le sénateur, qui a riposté en frappant plusieurs fois ce dernier au visage, avant d'être maîtrisé, vraisemblablement par un agent de sécurité. Le Premier ministre Scott Morrison a jugé "consternante" la déclaration du sénateur, affirmant qu'elle n'avait "pas sa place en Australie". Fraser Anning a plusieurs fois été l'auteur de déclarations racistes. Il avait ainsi suscité un tollé en août pour avoir préconisé une "solution finale" -en l'occurrence un vote populaire- au "problème de l'immigration" et a recommandé un retour à l'ancienne politique discriminatoire dite de "l'Australie blanche". (Belga)