A 09H11, heure de l'attentat à la station de métro Maelbeek, une minute de silence a été respectée et les pompiers ont marqué le salut officiel. En réponse à l'appel de la Stib de faire une minute de bruit, des applaudissements ont suivi ce moment de recueillement et les pompiers ont fait retentir les sirènes d'un camion d'intervention et d'une ambulance. La chanson du Manneken Pis a été entonnée et la statue a lancé de l'eau sur la foule assemblée. La 21e section des pompiers, de garde aujourd'hui, était présente avec deux ambulanciers. "Comme Manneken Pis est celui qui a libéré Bruxelles, c'est symbolique de lui donner un costume de pompiers parce que les secouristes ont eux porté leur assistance aux Bruxellois qui en avaient besoin ce jour-là", a commenté le major Michel Grignard, chef du département de la logistique au service d'incendie. Le chef de corps faisant fonction Tanguy du Bus de Warnaffe avait expliqué qu'il s'agit d'encourager la résilience, la résistance, et la capacité d'encaisser et de se relever: "A de nombreuses reprises, le Manneken Pis a été volé, descendu de son socle et détruit, mais il est toujours là, veillant sur sa ville comme si de rien n'était." (Belga)

A 09H11, heure de l'attentat à la station de métro Maelbeek, une minute de silence a été respectée et les pompiers ont marqué le salut officiel. En réponse à l'appel de la Stib de faire une minute de bruit, des applaudissements ont suivi ce moment de recueillement et les pompiers ont fait retentir les sirènes d'un camion d'intervention et d'une ambulance. La chanson du Manneken Pis a été entonnée et la statue a lancé de l'eau sur la foule assemblée. La 21e section des pompiers, de garde aujourd'hui, était présente avec deux ambulanciers. "Comme Manneken Pis est celui qui a libéré Bruxelles, c'est symbolique de lui donner un costume de pompiers parce que les secouristes ont eux porté leur assistance aux Bruxellois qui en avaient besoin ce jour-là", a commenté le major Michel Grignard, chef du département de la logistique au service d'incendie. Le chef de corps faisant fonction Tanguy du Bus de Warnaffe avait expliqué qu'il s'agit d'encourager la résilience, la résistance, et la capacité d'encaisser et de se relever: "A de nombreuses reprises, le Manneken Pis a été volé, descendu de son socle et détruit, mais il est toujours là, veillant sur sa ville comme si de rien n'était." (Belga)