Le ministre Koen Geens s'est rendu à la célébration, aux côtés de la ministre bruxelloise Céline Fremault et de la présidente du parlement francophone bruxellois Julie De Groote entre autres. Différents représentants officiels des cultes étaient également présents, parmi lesquels le président de l'Exécutif des Musulmans de Belgique Salah Echallaoui, l'archevêque syriaque orthodoxe pour la Belgique, la France et le Luxembourg Severios Hazail Soumi, le président du comité central du culte anglican de Belgique Jack Mc Donald et le recteur de l'Eglise apostolique arménienne de Belgique Zadik Avedikian. L'hymne d'ouverture choisie était intitulée "Ta nuit sera lumière de midi". L'extrait de l'évangile lu racontait un dialogue entre Jésus et ses disciples, dans une barque, sur le lac de Galilée. Jozef De Kesel a introduit son homélie en affirmant que comme "nous ne voulons pas et nous ne pouvons pas oublier ce qui s'est passé ici il y a un an", cette "mémoire nous ouvre le chemin vers l'avenir". Sur le passage de l'évangile cité, il a dégagé un message de solidarité: "De quelque conviction que nous soyons ou de quelque endroit du monde dont nous sommes originaires, nous nous trouvons tous dans la même barque. Les défis et les vagues ne nous manquent pas. La menace de la terreur est encore toujours là. C'est notre société, notre vivre ensemble, notre liberté et les valeurs qui nous unissent qui sont visés. Et voilà que la peur et l'angoisse s'installent dans le c?ur de nos contemporains. Et on cherche le coupable. C'est l'autre, celui qui n'est pas comme moi, qui n'est pas d'ici, et que je continue à percevoir comme un étranger. On a peur de perdre son identité. L'angoisse s'installe. Ça se comprend, c'est vrai. Mais c'est une tentation. Une tentation à laquelle il faut résister". (Belga)

Le ministre Koen Geens s'est rendu à la célébration, aux côtés de la ministre bruxelloise Céline Fremault et de la présidente du parlement francophone bruxellois Julie De Groote entre autres. Différents représentants officiels des cultes étaient également présents, parmi lesquels le président de l'Exécutif des Musulmans de Belgique Salah Echallaoui, l'archevêque syriaque orthodoxe pour la Belgique, la France et le Luxembourg Severios Hazail Soumi, le président du comité central du culte anglican de Belgique Jack Mc Donald et le recteur de l'Eglise apostolique arménienne de Belgique Zadik Avedikian. L'hymne d'ouverture choisie était intitulée "Ta nuit sera lumière de midi". L'extrait de l'évangile lu racontait un dialogue entre Jésus et ses disciples, dans une barque, sur le lac de Galilée. Jozef De Kesel a introduit son homélie en affirmant que comme "nous ne voulons pas et nous ne pouvons pas oublier ce qui s'est passé ici il y a un an", cette "mémoire nous ouvre le chemin vers l'avenir". Sur le passage de l'évangile cité, il a dégagé un message de solidarité: "De quelque conviction que nous soyons ou de quelque endroit du monde dont nous sommes originaires, nous nous trouvons tous dans la même barque. Les défis et les vagues ne nous manquent pas. La menace de la terreur est encore toujours là. C'est notre société, notre vivre ensemble, notre liberté et les valeurs qui nous unissent qui sont visés. Et voilà que la peur et l'angoisse s'installent dans le c?ur de nos contemporains. Et on cherche le coupable. C'est l'autre, celui qui n'est pas comme moi, qui n'est pas d'ici, et que je continue à percevoir comme un étranger. On a peur de perdre son identité. L'angoisse s'installe. Ça se comprend, c'est vrai. Mais c'est une tentation. Une tentation à laquelle il faut résister". (Belga)