Sans surprise, la crainte semble la plus marquée à Bruxelles, avec un quart des sondés qui pensent qu'une menace "très forte" est présente. La Flandre a, comparativement, le moins de crainte: 15% estiment la menace "très forte", et 26% estiment le pays "plutôt peu" ou "pas du tout" exposé (24% pour tous les Belges, 24% à Bruxelles). Plus de la moitié (55%) des personnes interrogées pensent aussi que la menace terroriste va rester identique dans les prochains mois. Par rapport aux raisons avancées, la plus communément citée, parmi une liste proposée, est la participation à la "coalition militaire internationale qui combat le groupe terroriste Etat islamique en Irak et en Syrie" (69%). (Belga)

Sans surprise, la crainte semble la plus marquée à Bruxelles, avec un quart des sondés qui pensent qu'une menace "très forte" est présente. La Flandre a, comparativement, le moins de crainte: 15% estiment la menace "très forte", et 26% estiment le pays "plutôt peu" ou "pas du tout" exposé (24% pour tous les Belges, 24% à Bruxelles). Plus de la moitié (55%) des personnes interrogées pensent aussi que la menace terroriste va rester identique dans les prochains mois. Par rapport aux raisons avancées, la plus communément citée, parmi une liste proposée, est la participation à la "coalition militaire internationale qui combat le groupe terroriste Etat islamique en Irak et en Syrie" (69%). (Belga)