"Le DVI a fait de son mieux pour identifier autant que possible les restes humains", précise Peter De Waele, porte-parole de la police fédérale. "Le respect des victimes et de leurs proches était notre principale préoccupation. Nous voulions nous assurer qu'il n'y avait pas de nouvelles victimes découvertes. (...) Les analyses ADN devraient pouvoir être terminées à la fin de cette semaine." Le centre de crise a de son côté joué ces dernières semaines un rôle de coordination, en collaboration avec les services de secours, les autorités et les polices fédérale et locales. (Belga)

"Le DVI a fait de son mieux pour identifier autant que possible les restes humains", précise Peter De Waele, porte-parole de la police fédérale. "Le respect des victimes et de leurs proches était notre principale préoccupation. Nous voulions nous assurer qu'il n'y avait pas de nouvelles victimes découvertes. (...) Les analyses ADN devraient pouvoir être terminées à la fin de cette semaine." Le centre de crise a de son côté joué ces dernières semaines un rôle de coordination, en collaboration avec les services de secours, les autorités et les polices fédérale et locales. (Belga)